RH : un secteur en pleine révolution

Plus diplômé que la moyenne, évoluant souvent à l’international et ayant des responsabilités hiérarchiques, le cadre RH d’aujourd’hui doit gérer tout un panel d’outils techniques et de problématiques relationnelles qui n’existaient pas il y a à peine dix ans.

articleImage

Entre les nouveaux outils à adopter (cloud, intelligence artificielle…), le rôle de plus en plus stratégique qu’ils jouent au sein des entreprises, et l’arrivée de la génération Z sur le marché, les professionnels des ressources humaines voient leurs missions et leur positionnement évoluer de manière spectaculaire depuis quelques années.

 

Le portrait-robot

Ces nouveaux enjeux expliquent en partie le profil-type du cadre RH : il est en grande majorité titulaire d’un diplôme de niveau bac +4 ou plus (à 80 %, soit 5 points de plus que pour l’ensemble des fonctions cadres) ; il occupe souvent un poste à dimension internationale (un sur trois) ; il exerce une responsabilité hiérarchique (un sur deux) et même lorsque ce n’est pas le cas, il anime une équipe (un sur cinq). Il a un salaire médian de 45 000 euros brut par an et bénéficie d’une part variable importante tournant autour de 10 % de sa rémunération brute annuelle, et dépassant les 20 % pour un cadre sur dix ! C’est ce qui ressort des études conjointes de l’APEC et de l’ANDRH.

 

Les meilleurs employeurs

Les compétences techniques et humaines nécessaires pour occuper des postes dans les RH, en particulier hauts placés dans la hiérarchie, incitent les entreprises, cabinets de recrutement et agences d’emploi à bichonner leurs meilleurs éléments. L’APEC, Randstad, Supplay, Manpower, Hays, Expectra et Michael Page notamment font de gros efforts en la matière, d’après les notes qui leurs sont attribuées par leurs collaborateurs sur Viadeo.

 

Séverine Dégallaix

 

 

1

RH Solutions

4,5/5

2

H3o Richesses Humaines

4,4/5

3

Lincoln RH Group

4,3/5

4

UpToo

4,3/5

5

Artus Interim

4,2/5