Taux de fréquence, taux de gravité : que nous disent-ils exactement ?

lundi 23 novembre 2009
Frédéric ROYER
Ingénieur consultant risques - environnement, Apave
CHERISEY, France
Admettons que votre entreprise soit dans la branche de la Métallurgie. Vos TF et TG sont respectivement de 23.9 et 1.12. Sachant que, en 2008, dans la Métallurgie, les valeurs moyennes sont TF = 24.2 et TG = 1.09, vos résultats sont-ils corrects ou alarmants ?

Pour le savoir, reprenons la question à partir des équations permettant de calculer les TF et TG.


Taux de fréquence :
TF = (nombre d’accidents de travail avec arrêt x 1 000 000) / nombre d’heures travaillées. Le TF est donc le nombre d’accidents de travail avec arrêt (ATAA) par millions d’heures travaillées.

Considérons le nombre d’heures que travaille un salarié au cours de sa vie professionnelle : 42 ans x 45 semaines (52 – 5 semaines CP – 2 semaines « fériés + maladie ») x 35 heures/semaine = 66150 heures

Reprenons le calcul du TF : TF = nb ATAA x (1000000 / nb heures travaillées)
Divisons 1 000 000 et le nombre d’heures chacun par 66150. Nous obtenons :
* 1 000 000 / 66150 = 15.1
* nb d’heures / 66150 = nombre de vies professionnelles représentées par l’ensemble de vos salariés.

Donc TF = 15.1 x le nombre d’accident par vie professionnelle pouvant survenir à vos salariés effectuant l’ensemble de leur carrière au sein de votre entreprise.

Si nous arrondissons cette valeur à 15 (pour simplifier et mémoriser), avec un TF de 23.9, vos salariés auront en moyenne 23.9 / 15 = 1.6 accidents avec arrêt au cours de leur vie professionnelle, si ils la passent en totalité au sein de votre entreprise. La valeur de 15 constitue donc un seuil :
* au-dessus, vous comptez le nombre d’accident que chacun de vos salariés aura au cours de sa vie professionnelle
* en dessous, vous obtenez la probabilité qu’ils aient un accident avec arrêt


Taux de gravité :
TG = (nb de jours d’arrêt x 1000) / nb d’heures travaillées. C’est un ratio pour mille entre des jours et des heures.

Si nous multiplions le nombre de jours par 7, nous obtenons des heures d’absences. Et pour passer des pour mille aux pourcent, divisons le résultat par 10. Donc, TG x 7 / 10 = taux d’absentéisme dû aux accidents de travail avec arrêt.

Pour le cas pris en compte, nous avons 1.12 x 0.7 = 0.784 % d’absentéisme dû aux AT. Cela devient tout de suite beaucoup plus parlant !


Rapport TF / TG :
Dernière manipulation des chiffres.
Le ratio (TG x 1000) / TF vous donne le nombre moyen de jours d’arrêt par accident de travail avec arrêt. Nous pouvons obtenir ce chiffre plus simplement, mais ce rapport est à garder en mémoire quand on vous demande d’établir des prévisions de TF et TG. Planifier de diviser son TF par 2 en 3 ans, tout en conservant son TG à la valeur où il est actuellement revient à prévoir de diviser son nombre d’accidents par 2 mais aussi à accepter que ces accidents soient « 2 fois plus grave ».

De même, une entreprise qui annonce fièrement un TF de 2 et un TG de 0.5 cache en fait une triste réalité : les quelques accidents qui touchent ses salariés sont très graves. En effet, la durée moyenne des arrêts suite à ATAA est de (0.5 x 1000) / 2 = 250 jours.

Vous comprenez maintenant que ces 2 chiffres que vous ne saviez comment utiliser peuvent vous apprendre beaucoup de choses.


Un dernier rappel :
En France en 2008, en cas d’accident de travail avec arrêt :
* la durée moyenne d’absence était de 53.2 jours
* 1 accident avec arrêt sur 16 a entraîné une incapacité permanente
* 1 sur 1237 a provoqué un décès
(chiffres CNAMTS)
22
jeudi 17 mars 2011
Fouad Najeddine
Directeur du Capital Humain, Groupe MIFA
Casablanca, Maroc
Bonjour,

J'apprécie bcp votre raisonnement. Ca me permet de voir mieux à partir d'un angle RH.
Est ce que je peux trouver chez vous un référentiel de TF, TG pour les métiers électriques.
Nous produisons des tableaux électriques avec des équipes qui interviennent sur chantier.
A date d'aujourd'hui, je n'ai pas pu avoir de référentiel au Maroc.
Merci d'avance pour votre aide.

Fouad NAJEDDINE
DRH CENTRELEC
f.najeddine@centrelec.ma
jeudi 30 juin 2011
Yassine S.
Ingénieur d'exploitation Group Holding
Casablanca, Maroc
Bonjour,
Votre explication est très claire et intéressant pour les entreprises industriels, ce qui m’intéresse de demander plus d'information sur les indicateurs Tf et Tg, puisque j’ai trouvé ces deux derniers dans mon activité à l’entreprise spécialisé dans la construction métallique(Montage de la charpente et les équipements mecaniques), pour cela, si possible Mr m’envoyer quelque information, comment appliquer les équations et interpréter les résultats.
Merci d’avance.
-----------------------------------------------------------------
Yassine SAALAOUI
Eléve 5éme Année
Génie Industriel
saalaoui.yassine@gmail.com
vendredi 19 août 2011
Jacques FANG
chargé d'affaire Réglementation HSE et chargé de maintenance levage Assystem-EDF
Lognes, France
Bonjour,

Etant tombé sur ce site par hasard, je reste perplexe quant à votre démonstration.
En effet, les taux de fréquences, gravité et autres indicateurs (indice de fréquence, indice de gravité) ne sont que des indicateurs servant à comparer les résultats d'entreprise d'une même branche ou d'une même activité. (voir http://www.asphme.org/upload/pdf/FTstat.pdf )
Ces formules de calcul sont définis totalement arbitrairement, par convention, cela permet d'avoir une même forme de calcul pour tous.

Pour moi, même si votre idée partait d'un bon sentiment (vulgariser le Tf et le Tg pour la compréhension de tous), vos calculs me paraissent incorrectes :

Pour le calcul du Tf, vous prenez le nombre d'heures travaillés ANNUELLES (!!) divisés par le nombre d'heure d'une "vie professionnelle" (??)
En ignorant ce point, votre calcul de division par 66150 donne la formule suivante : 15 ATAA/nombre de vies professionnelles représentés par l'ENSEMBLE de vos salariés.
Donc, quand vous faites TF / 15 = 23.9 /15 = 1.6 accidents avec arrêts / pour l'ENSEMBLE de vos salariés et non pour un salarié comme vous l'avez indiqué. Ce qui est inconcevable.

Pour le Tf, il ne s'agit pas d'un ratio pour 1000, donc pourquoi le diviser par 10 ? le chiffre 1000 est un multiple définie arbitrairement.

Donc pour conclure, si j'en crois vos calculs, 1.6 accidents par salarié sur toute une vie, plus 0.784% d'absentéïsme, je trouve pas ça alarmant.
En revanche si j'en crois l'INRS :http://www.inrs.fr/dossiers/stat2009.html
secteur de la métallurgie, 2009 : 1 812 729 de salariés, 65 649 d'AT avec arrêt (soit 1 pour 24 salariés), 3 199 865 de jours d'incapacité de travail, 63 décès, là je trouve ça allarmant.

Cordialement,
dimanche 21 août 2011
Frédéric ROYER
Ingénieur consultant risques - environnement, Apave
CHERISEY, France
Jacques,

Quelques explications.

Lorsqu'on divise le TF par 15, cela donne un nouvel indicateur qui est le nombre d'accident avec arrêt que potentiellement chaque salarié de l'entreprise subira s'il passe l'ensemble de sa carrière au sein de l'entreprise. Cela montre réellement le caractère accidentogène d'une entreprise. Si cette division est supérieure à 1, alors chaque salarié sait qu'au cours de sa vie professionnelle au sein de l'entreprise il risque d'avoir au moins un accident avec arrêt. Nota : je ne suis pas le seul à avoir ce type d'approche

Pour ce qui est du TG, je le ramène à ce qu'il est réellement, mais de manière déguisée : le taux d'absentéisme dû aux AT avec arrêt. Mais, pour cela, il faut multiplier le TG par 0,7.

Cordialement,

Frédéric ROYER
lundi 22 août 2011
Jacques FANG
chargé d'affaire Réglementation HSE et chargé de maintenance levage Assystem-EDF
Lognes, France
Rebonjour,
Désolé, pour le TG autant pour moi, vous aviez raison à un point près : 1,12 x 0,7 n'est pas égale à 0,784% mais à 0,784. En refaisant les calculs : TG x 7 / 1000 = 0,00784. Bref certains diront que je chipote.

En revanche, vous ne m'avez pas convaincu sur le calcul du TF. J'ai l'impression de faire des opérations avec des choux et des carottes. Le TF se calcule avec des heures annuelles de tous les salariés, vous divisez cela par des heures de toute une vie professionnelle d'un seul salarié ?!
mercredi 15 mai 2013
Abdoulaye Niang
Responsable QHSE, SPIA
Pikine, Sénégal
Bonjour à tous et ravis de participer à ces échanges. Chez nous les ouvriers représentent une partie de notre personnel et leur programmation dépend du niveau d'occupation de l'usine et des commandes, donc difficile d'estimer leurs heures de travail pour appliquer ces indicateurs, mais très intéressant pour le reste du personnel. Nous fabriquons des produits phytosanitaires.

Cordialement,

Abdoulaye NIANG, Resp. QHSE SPIA,
Sénégal
jeudi 16 janvier 2014
ABDELAZIZ AIT HASSAIN
Responsable Ressources Humaines, GROUPE ACTICALL
CASABLANCA, Maroc
Merci
samedi 18 janvier 2014
Rafik Abdelaziz
QHSE Supervisor , algerie ligabue catring
Tizi-ouzou, Algérie
Bonjour
Est ce que ces indicateur sont les meme pour activité de restauration collective
Cordialement
Rafik