Les séniors et les emplois du numérique

samedi 20 novembre 2010
ERIC MESSECA
Coach de la Transition et de la Relation Professionnelle Numérisée
Chartres, France
A l'occasion du forum de l'expérience et de l'emploi des séniors à Paris le 1er décembre http://bit.ly/9se9Qw, je vous propose un débat autour du thème : les séniors et les technologies de l'information.

Leurs avantages, leurs freins, les métiers actuels et ceux à venir..

Leurs expériences transposables dans le présent et l'avenir, leurs capacité à s'adapter, leurs expériences du changement...

Leurs aisances à travailler en coopération, à tisser un relationnel, à résister au stress...

Leurs complémentarités avec les qualités des autres générations,...

Quel est votre expérience, vos témoignages, vos difficultés et vos joies dans ce secteur, parlons en.
0
trouve trouvent cette discussion intéressante
samedi 20 novembre 2010
Bonjour Eric,

C'est réellement un sujet intéressant. Je pense que la maîtrise des outils technologiques est une chose et la réflexion et la conduite d'un projet en est une autre.
Pourquoi ne pas envisager la mixité en faisant travailler de concert jeunes et moins jeunes.

J'imagine bien par exemple la construction d'une application Iphone en concertation. L'aspect techno couplée aux expériences profesionnelles des seniors.

J'ai eu l'occasion de visiter l'Institut National d'Optique de Québec et j'ai été surpris de voir avec quelle aisance les seniors se balladaient dans le domaine de la fibre optique.

Je reste persuadé que la création de tandems (juniors et seniors)dans les entreprises peuvent se révéler pertinents.

Bonne journée.

Pierre.
samedi 20 novembre 2010
Sophie Champagnon
Responsable Communication & Événementiel
Grenoble, France
Bonsoir Eric, Pierre et bonsoir à tous,

@ Pierre : c'est même une clef, me semble-t-il, que ce principe de tandem que vous évoquez tant il est synonyme et de transfert et de mutualisation des savoirs et acquis ainsi que souplesse et adaptabilité des uns et des autres, hors les murs et frontières des clivages de générations. Et prérogatives associées. Plus ou moins raisonnablement, voire légitimement pour d'aucune, si l'on veut bien se placer sous l'angle de l'expérience et de la preuve par l'épreuve...

Quant aux évolutions, elles seront certainement de poids et d'importance dans le devenir comme elles ont pu l'être par le passé.

Raisonner et "évoluer" via le rétroviseur est un frein pour tous, je crois.

Bon WE à tous.
Sophie
dimanche 21 novembre 2010
Frédéric KOULOUFOUA *
Conseil - Audit - Formation - Centrale d'achats logistiques
PARIS, France
Bonjour Eric
Bonjour Patrick Parment,

Les chinois n'ont toujours pas raison et certains de leurs proverbes sont moins éclairants.
Patrick, Celui que vous citez existe dans le pays où je suis né; à la différence qu'il est compété par: " L'expérience est une lanterne qui éclaire le chemin parcouru; certes il éclaire le passé, apporte une lueur au présent mais n'éclaire pas le futur".

Tout ceci pour dire qu'on ne peu pas passer sa vie à conduire des projets de vie en regardant continuellement son rétroviseur. Le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui impose à tous d'être compétitif.

Un sénior sans valeur ajoutée globale à quoi sert-il ?

Donc si nous voulons que les séniors prennent (gardent) des places dans le monde de l'entreprise, nous avons tout intérêt à les encourager à se maintenir intellectuellement dans le rythme. Ce n'est pas une affaire de physique mais d'intellect.
dimanche 21 novembre 2010
Sophie Champagnon
Responsable Communication & Événementiel
Grenoble, France
Bonjour Frédéric,
Bonjour à tous,

Totalement en phase avec l'éclairage (sans jeu de mots inutile !) que vous apportez via votre complément d'information et de "sagesse" proverbiale.

En phase également avec vous sur ce phénomène du rétroviseur, que j'avais évoqué,pour les contraintes inadaptées qu'il véhicule autant que pour l'alibi à certaine résignation, voire manipulation, qu'il pourrait représenter.

Pour autant, je me permets de revenir sur votre appréciation de la situation des séniors. Quand vous nous dites "nous avons tout intérêt à les encourager à se maintenir intellectuellement dans le rythme.", ne seriez-vous pas quelque peu restrictif dans votre appréhension des réalités et motivations légitimes des séniors en entreprise ? Croyez-vous qu'ils faille les encourager (bien que je comprenne ce que vous entendez par là au plan du management notamment) ce qui d'une certaine manière signifierait qu'ils n'en aient pas d'eux-mêmes l'initiative, la volonté, la conscience et la pertinence ?

C'est là, de mon point de vue, que se trouverait certaine fâcheuse dichotomie entre le vécu et la réalité des uns et l'appréhension de ces dernières par d'autres. Ne faisons pas des séniors des non battants ou "handicapés" nécessitant encouragements. Je force le trait quelque peu bien sûr. Considérons que les séniors sont de leur temps et de notre actualité, comme ils l'ont été d'autres précédemment, et qu'ils ont non seulement leur place mais leur dynamique propre qu'il nous appartient de ne pas sacrifier par mesure fausse des vraies donnes, des vraies forces, des vraies nécessités. Et dans l'urgence de trouver solution ou paravent et cache-misère à notre actuelle problématique du monde de l'emploi comme du monde du travail et leurs impératifs associés.

Pardon d'avoir été un peu longue.

Bien cordialement,
Sophie
dimanche 21 novembre 2010
Il est tout aussi dangereux de généraliser une particularité que de particulariser une généralité.

Méfions-nous des préjugés et des à prioris, qu'ils soient négatifs ou positifs. Dans les deux cas de figure, l'avenir nous donnera tort sur tel ou tel point.

En clair, certains seniors sont à la pointe du numérique et peuvent en apprendre aux juniors alors que d'autres sont à la traîne et refusent de s'adapter. Je connais pour ma part plein de juniors qui sont réfractaires à l'ère du numérique.
Il en était de même en son temps, pour l'électricité, le téléphone, la télévision...


Laissons du temps au temps mais c'est vrai que ce n'est pas dans l'air du temps.
dimanche 21 novembre 2010
Sophie Champagnon
Responsable Communication & Événementiel
Grenoble, France
Bonjour Philippe,

Ce que l'on peut qualifier de pleins et de déliés en matière de discours.

Comme de creux, également, me semble-t-il - du moins en regard de dits trop entendus comme attendus et de non dits qui vont sans (le) dire !

Ooooops, vous me pardonnerez Philippe cette réactivité sans ambages.

Bonne fin de WE.
Sophie
dimanche 21 novembre 2010
Bonjour Sophie,

Je vous pardonne facilement car je ne suis pas de nature à polémiquer sans raison valable.

Vous semblez considérer que de longs discours verbeux employant les mêmes formulations et les mêmes codes soient plus efficaces, je vous en laisse seule juge.

Pour ma part, j'estime que certaines vérités toutes simples sont parfois bonnes à dire même si elles ne sont pas politiquement correctes ou consensuelles.

Il y a des bons et des mauvais à tout âge et quel que soit leur parcours et ce n'est pas discriminant de l'affirmer : c'est un simple constat.
dimanche 21 novembre 2010
Sophie Champagnon
Responsable Communication & Événementiel
Grenoble, France
Bonnes à dire, sans doute, quand elles sont "vérités" encore faudrait-il que vous et moi ou autrui puissions prétendre les détenir (autre et vaste sujet que celui de la vérité). Et vous êtes, sans nul doute, on ne peut plus de l'air du temps, politiquement correct et consensuel de fait. Certes. Ceci n'étant pas polémique mais échanges de points de vue. Libre à vous de les "borner" ou pas, ce que je respecte mais ne partage pas.

Bien à vous,
Sophie