Aperçu du secteur de la microfinance au Burkina Faso

lundi 5 juillet 2010
Henri Giroux
Coprésident, Développeurs sans frontières
Paris, France
Le portail de la microfinance propose un dossier sur le secteur de la microfinance au Burkina Faso :
http://www.lamicrofinance.org/resource_centers/... dont est tiré cet article rédigé par l'équipe de ce site

Naissance de la microfinance au Burkina Faso

Les expériences d’épargne et/ou de crédit décentralisés existent au Burkina Faso depuis la fin des années 1960 et ont pris depuis le début des années 1990 une dimension importante.

Après plus de 20 ans d’expérimentation et de construction, la microfinance au Burkina Faso a connu une expansion rapide et diversifiée. Il s’en est suivi une phase de consolidation et de clarification depuis l’adoption en 1994 d’un cadre légal spécifique.

Ces expériences revêtent aujourd'hui cinq principales formes institutionnelles :

· les mutuelles ou coopératives d’épargne et de crédit qui représentent la forme prédominante et représentent plus de 73% des membres du secteur, 87% des encours de crédit et 96% de l’encours d’épargne. Le Réseau des Caisses Populaires du Burkina (RCPB) est la plus importante de cette catégorie d’institution

· les structures de crédits directs ou solidaires ayant comme activité principale l’octroi de crédit sur la base des lignes de crédit accordées par les Partenaires Techniques et Financiers ou sur la base de ressources empruntées auprès du système bancaire

· les projets à volet crédit et les ONG ou associations qui développent à côté de leurs activités courantes, des volets microcrédit pour aider à la réalisation de leurs objectifs

· les sociétés anonymes et sociétés anonymes à responsabilité limitée qui collectent l’épargne et /ou octroient des crédits mais dont la particularité est d’être soumises aux obligations des sociétés commerciales notamment en matière fiscale

· La loi permet la constitution sous forme de société. Les banques commerciales s’investissent de plus en plus en microfinance, soit en ouvrant des guichets spécifiques (BCB), soit en filialisant l’activité microfinance, comme c’est le cas de la BACB qui a créé la société de financement de la Petite Entreprise du Burkina Faso (SOFIPE) pour servir le segment des petits entrepreneurs et épargnants de son portefeuille

· Les fonds Nationaux de financement (FNF) sont des structures créées par l’Etat dans le cadre de sa politique de promotion de l’emploi pour soutenir une cible précise : femmes, jeunes, etc. Ce sont en général des institutions de crédit direct.

Au 31 Mars 2009, 285 IMF sont autorisées à exercer par la Direction de la microfinance. 265 d'entre elles sont des mutuelles ou des coopératives d'épargne et de crédit.


En termes d'implantation géographique, chaque province du Burkina Faso compte au moins une IMF. Cependant, il existe une grande disparité entre les provinces :

- plus de 80% des provinces hébergent moins de 6 intervenants

- dont un quart n'en compte que deux

- 18% accueillent entre 6 et 8 intervenants

- le Kadiogo, province abritant la capitale, compte 18 intervenants.


La politique nationale de développement du secteur

Une Stratégie Nationale de la Microfinance a été adoptée le 30 novembre 2005 et un Plan d’action de mise en œuvre 2006-2010 de cette Stratégie Nationale a été adopté le 19 juillet 2006.

Pour le gouvernement burkinabé, la microfinance est un important levier national de réduction de la pauvreté tout en consolidant fortement l’économie domestique.

· Vision et Mission

La microfinance doit être un outil de lutte contre la pauvreté, viable, durable, diversifié tant sur le plan institutionnel que sur le plan de l’offre de produits et services et opérant dans un environnement socio-économique, légal, réglementaire et fiscal favorable à son développement.

La mission du secteur est d’offrir de façon permanente des services financiers et non financiers (informations, sensibilisation, suivi-conseils et formation) diversifiés et adaptés aux besoins du plus grand nombre et en particulier aux catégories sociales n’ayant pas accès aux services bancaires.

· Objectifs de développement du secteur

L’objectif global de la stratégie nationale de microfinance est d’améliorer l’accès de la majorité en quantité et en qualité aux produits financiers en professionnalisant et en organisant le secteur d’une part et en l’articulant au secteur financier national d’autre part à l’horizon 2015.


De l’objectif global de développement ci-dessus défini, découlent les objectifs spécifiques ci-après :

· créer un environnement socio-économique, légal, réglementaire et fiscal favorable au développement du secteur de la microfinance

· renforcer les capacités des IMF

· promouvoir l’innovation financière : développer et diversifier l’offre de services financiers des IMF de manière à toucher le plus grand nombre des populations bénéficiaires

· renforcer le cadre institutionnel de manière à permettre la professionnalisation et une meilleure surveillance du secteur

· améliorer l’information sur le secteur de manière à favoriser son intégration au système financier national


Structuration de la profession

Le secteur de la microfinance est organisé autour d’une association professionnelle dénommée Association Professionnelle des Institutions de microfinance au Burkina Faso (APIM-BF <http://www.apim-burkina.bf/spip.php?article32> ), née de la fusion en juin 2002 de l’Association Professionnelle des Institutions d’Epargne et de Crédit (APIDEC) et de l’Association des Intervenants en Microfinance (ASIMIF).

A la mi-2009, l’APIM-BF compte 47 membres sur une soixantaine d’institutions de microfinance au Burkina Faso.


Pour en savoir plus :

La microfinance au Burkina Faso en chiffres :
http://www.lamicrofinance.org/resource_centers/...

Le paysage des acteurs du secteur :
http://www.lamicrofinance.org/resource_centers/...

Le cadre légal et réglementaire au Burkina Faso :

http://www.lamicrofinance.org/resource_centers/...

Télécharger la Stratégie Nationale de Microfinance :
http://www.apim-burkina.bf/IMG/pdf/Strategie_ve...
-2.pdf

IMF agréée ou conventionnée peut être membre de l’APIM-BF.
2
Marcello Mbombo Kankonde , Boubacar Porgo trouve trouvent cette discussion intéressante