Caroline Gutmann, un nouveau livre, Les Papillons noirs

lundi 21 mai 2018
Alain LE HYARIC
Médecin hospitalier retraité, activité partielle
PARIS, France
Caroline Gutmann, un nouveau livre, Les Papillons noirs
On sort de terre !

Les « papillons noirs », quelles légèretés dans ce livre pour décrire une période noire, pendant laquelle l’auteure, la cinquantaine passée, découvre son méningiome orbitaire, qui risque de lui couter la vie. A 20 ans, déjà 18 mois de chimiothérapie pour maladie du sang, puis une chirurgie du sein, et maintenant cette troisième alerte, une nouvelle période de doutes, d’angoisses pour cette deux fois rescapées de la mort injuste. Un animal peut mourir dans la dignité, mais pas un être humain regrette l’auteure qui en se rapprochant dangereusement des tombes de ses ancêtres, découvrira au cours des semaines de sa maladie peut être inguérissable les vivants, les oubliés, les inventés et les morts pour se construire une nouvelle ligne de vie. Un livre de rêves, de fictions, de réalités mélangées sur les destins non arrangés à la naissance de ses ancêtres, de ses proches, de ses amis, un livre aux origines de son nom, de ses noms et vies qui se mélangent et qui finissent : Hinstin, Dreyfus, Kessel, Gutmann,….. Un livre parfois sans pudeur, mais sans provocation nous décrivant des lieux, Paris XIV, Kaboul, Saint Cast, …. des époques, sa famille, des familles, des individus pour certains imaginaires,….
La maladie ici le méningiome, tumeur cérébrale évolutive, ne favorise généralement pas les échanges, remercions Madame Caroline Gutmann de nous détromper, et souhaitons à son nouveau livre tout le succès qu’il mérite. L’auteure comme nombreux d’entre nous à cette période de vie et dans de telles circonstances est à la recherche d’un passé introuvable, pour bâtir son présent et sans doute son avenir bien incertain. Elle nous décrit l’enfermement maladif dans son lieu de vie, un appartement du XIVeme arrondissement de Paris dans lequel elle vient avec son chien également malade, agonisant et ses deux enfants d’aménager. Elle décrit admirablement et pudiquement la vie des malades à l’hôpital Saint Anne, le service de neurochirurgie du Centre Garcin et la prise en charge par une équipe humaine et performante,… ainsi que le cimetière Montparnasse où repose sa famille, ses aïeuls. Tous ces malades, ces vivants et morts ne sont pas des anges, et c’est sans doute de nos déficiences que nous tirons nos forces de vie rappelle ingénument l’auteure, notre appétit à vivre, notre espoir de vie malgré l’annonce de la maladie et d’un éventuel sombre avenir. On papillonne, on voyage aux cours du siècle passé, l’obsession de l’origine de son nom, de sa famille disparue, sa maladie lui font décrire des lieux magiques, Grosrouvre, Saint Cast, Kaboul, en ajoutant de la légende et de l’épopée : Citroën, Résistance, camps de concentration,…. Tout cela se tient et se lit facilement; c’est un lourd passé imaginaire ou magnifié ou déformé qu’importe, nous lisons avidement comme s’il s’agissait également de combler les manques, les doutes de notre vie, de nos vies. Un livre pour tous et toutes, qui redonne force et espoir en la vie. Merci Me Gutmann
Alain Le Hyaric, critique, le 21 mai 2018
-------------


Chez amazon, ou ailleurs
https://www.amazon.fr/papillons-noirs-Caroline-...
Rencontre dédicace avec Caroline Gutmann, le 29 mai 2018, 18h00, Les Cahiers de Colette, 23 rue Rambuteau, 75004 Paris.
https://drive.google.com/file/d/1TAE5S0im2B35Al...
0
trouve trouvent cette discussion intéressante