Traque sur Internet : mon témoignage de cyber-harcèlement

mercredi 1 décembre 2010
Sophie Soria
COACH CERTIFIEE ET DIRIGEANTE, LE NOUVEAU COACHING ETHIQUE ET ASSOCIATIONS
Paris, France
Le cyber-harcèlement nous fait réfléchir sur la violence et la perversion dans la société. Quand ces mécanismes déviés, qui font pourtant partie de la psyché humaine, s’expriment sur le Net, ils sont renforcés par l’anonymat et le sentiment d’impunité.

Qui harcèle ? Qui est harcelé ? Le principe du harcèlement moral (sur le Net, en entreprise ou dans le milieu familial) est en fait très simple : un malade pervers s’en prend à une personne qui est par définition innocente (bien que parfois elle soit imprudente ou inconsciente du véritable danger représenté par le pervers).

Le malade pervers la choisit pour cible afin de déverser sur elle ses propres problématiques de violence, de haine, de vengeance, d’envie, etc.

La cible est ainsi instrumentalisée comme un objet.

Le harceleur pervers cherche à chosifier sa cible pour en faire une victime souffrante.

Il veut lui retirer son statut de sujet, sa dignité humaine, afin de pouvoir se délecter de ses souffrances. Il veut en faire son paillasson et sa poubelle. Elle devient la nourriture de son ego malade et surdimensionné.

Mais la personne ciblée par un harceleur ne passe pas automatiquement du statut de cible à celui de victime qui se laisse faire sans rien dire. Parfois en effet le harceleur pervers « tombe sur un os », c’est-à-dire sur une cible qui n’a pas envie de se laisser faire pour devenir la victime parfaite, consentante et éplorée, sur qui le pervers pourra déverser à loisir son trop-plein de violence et de haine afin de s’en décharger lui-même sur quelqu’un d’autre.

En effet, si le harceleur pervers a le malheur de tomber sur une cible combative qui a décidé de se défendre, il risque fort d’avoir une mauvaise surprise à l’arrivée. Surtout si la cible a réussi à trouver des alliés pour organiser sa défense stratégique et l’aider à contre-manipuler. La contre-manipulation, le rappel à la loi, le recadrage et la confrontation font partie des techniques de défense face à un harceleur pervers. Le tout est de savoir les doser avec efficacité.

Voici donc en quelques mots ce que je pense du cyber-harcèlement qui m’est arrivé sur le Net ces dernières semaines.

Une histoire vraie, mais les noms ont été changés pour préserver l’anonymat.

Pour mieux comprendre les raisons et les motivations de me faire subir ce cyber-harcèlement, il faut d’abord savoir que j’ai une certaine notoriété en tant qu’écrivain depuis 25 ans, coach depuis 12 ans et responsable d’associations citoyennes.

Sociologue et juriste de formation, coach certifiée, je réfléchis et je travaille activement sur le traitement et la prévention des violences et de la perversion dans la société depuis ces 3 dernières années.

J’ai organisé et participé à des colloques au Sénat et des conférences qui ont permis de sensibiliser les élus et l’opinion sur le harcèlement moral dans l’entreprise et le milieu familial, notamment sur les événements à France Télécom et sur les cas de divorces conflictuels avec maltraitances d’enfants.

Et surtout, j’ai été à l’initiative de la nouvelle loi sur le harcèlement moral et les violences psychologiques dans la famille, en faisant venir les députés de la mission parlementaire à notre 1er colloque au Sénat et en faisant auditionner des experts et des victimes par l'Assemblée nationale. J'ai moi-même été auditionnée (je précise que je ne suis pas victime de violences conjugales, mais coach spécialiste du harcèlement moral).

J’ai également écrit et monté en 2009 une pièce de théâtre sur la perversion narcissique dans le couple, et j’anime 2 blogs et 1 hub Viadeo sur le harcèlement moral dans l’entreprise. Je suis aussi présente sur divers hubs de Viadeo. Ma page a été créée sur Wikipedia en 2009.
Bref, tout ça pour dire que si l’on me cherche sur le Net, on me trouve facilement. Et que j’utilise Internet pour me faire connaitre.

A travers mon action associative citoyenne et mes écrits, je suis devenue assez connue, cela dit objectivement et pas du tout pour me vanter.

Une personne connue est donc une cible potentielle.

C’est ainsi que mon expérience de cyber-harcèlement a commencé… en étant juste très … « visible ».

En octobre 2010 dernier, avec mon association ISTHME-Recherches, j’ai organisé une conférence sur le thème « Du harcèlement moral au management immoral ».

Pour faire venir du monde à cet événement, je me suis mise en contact mail avec une bloggeuse influente que j’ai trouvée sur le Net et qui tient un blog sur le harcèlement moral et les souffrances au travail. Appelons-la Regina.

Regina a eu la gentillesse d’annoncer ma conférence sur son blog et sur Le Post, ainsi que de transmettre l’info à son amie bloggeuse Anna qui l’a elle aussi annoncé sur son propre blog. Il se trouve que Regina et Anna sont d’anciennes victimes de harcèlement moral au travail, toutes deux ex-cadres dans de grandes entreprises et actuellement au chômage pour invalidité (dépression) suite à ces faits de harcèlement.

Elles sensibilisent sur le Net en écrivant des blogs pour ne pas rester inactives. Regina et moi, nous avons échangé et avons ainsi développé une amitié épistolaire par mail.

J’étais donc toute contente d’avoir de nouveaux contacts sur le Net pour mon association, mais j’ignorais un détail d’importance : Regina était depuis des mois la cible du cyber-harcèlement de « Chasseur » et de sa bande, qui la poursuivaient sur son blog et sur Le Post en lui envoyant des messages injurieux, publics et privés, en réponse à chacun de ses articles.

C’est comme ça, sur le blog de Regina, que « Chasseur » m’a repérée. Et que sa traque contre moi a commencé…

De forums en forums, « Chasseur » a commencé à publier des mensonges et des calomnies à mon sujet, allant jusqu’à me traiter de folle, de profiteuse, de cabinet qui n’existe pas, d’association qui fait des bénéfices sur le dos des victimes de harcèlement moral, j’en passe et des meilleures… « Chasseur » ne s’est pas privé également d’attaquer le coaching, méthode bidon d’hypnotiseurs où s’infiltrent les sectes, etc. etc. !

Or il faut savoir que mon cabinet est géré par une société de portage et que mon association ISTHME-Recherches a tout juste été créée en septembre dernier, donc la pseudo-enquête de « Chasseur » sur la légalité ou non de mes activités, à la poursuite de mes numéros de Siret et autres justificatifs en tapant sur Google, ne risquait pas d’aboutir sur grand chose… Quant au prix d’entrée de notre conférence, il ne nous a même pas permis de rembourser la location de la salle…

Donc en mon âme et conscience, je suis totalement « clean » de toutes les accusations portées contre moi par « Chasseur » !

Et je viens par ailleurs de trouver une autre salle qui nous permettra de faire des conférences gratuites sur le harcèlement moral en 2011. A Paris, ce n'est pas simple !

De plus, ce que je fais ne regarde pas « Chasseur », il n’est pas journaliste et il n’a aucun droit de regard sur les activités, à aucun titre. Ce qui ne l’a pas empêché de m’envoyer de nombreux mails intrusifs pour me questionner : pouvais-je lui envoyer la copie de mes diplômes, les statuts de mon association, les noms et coordonnées des membres du Bureau, etc., etc. ?

Voyant que j’avais affaire à un pervers manipulateur, je l’ai envoyé sur les roses en lui écrivant de me laisser tranquille. Mais, face à mon refus de rentrer dans son jeu, il s’est déchainé en publiant ces textes sur moi…

Depuis, j’ai appris qu’il ne faut pas répondre à ce genre de mails, la règle sur Internet étant : « Don’t feed the troll » (« N’alimentez pas le troll »).

Comment ai-je découvert les délires de « Chasseur » ? Une 3è bloggeuse, appelons-la Katie, m’a envoyé un mail juste après ma conférence : « J’ai lu sur tel forum que ‘Chasseur’ vous calomnie, moi aussi il me persécute depuis des années, il m’a même envoyé 796 messages d’insultes sur mon blog. »

Katie, à bout de nerfs, m’a ensuite expliqué qu’au cours des années du cyber-harcèlement de « Chasseur », elle avait été contactée par d’autres de ses victimes et qu’elle en avait appris de belles sur lui. Elle avait notamment découvert son vrai nom et son adresse IP.

D’après ce que j’ai compris sur lui, « Chasseur » serait un déséquilibré, un marginal, toxicomane et alcoolique, condamné par la Justice pour violences conjugales, avec l’interdiction de revoir son enfant.

Katie avait essayé de lui répondre publiquement sur des forums et des sites participatifs pour l’arrêter dans son ire contre elle, mais « Chasseur » avait rétorqué partout qu’il la connaissait bien, qu’il avait couché avec elle, qu’elle sortait tout juste d’HP, etc. etc. !

Donc, répondre à « Chasseur » point par point n’était pas la solution, même si j’avais la conscience tranquille. Que pouvais-je faire ?

Je suis une coach spécialiste du harcèlement moral et voila ce qui m’arrive : un « serial harceleur » me prend pour cible ! J’avoue que c’était humiliant.

De plus, ayant accès (comme tout un chacun) à la publication de ses écrits sur le Net, « Chasseur » se présentait sur ces forums comme un journaliste puissant et menaçant, prêt à « écrire un article » pour « tout révéler » sur moi, un justicier qui prenait la défense des victimes de harcèlement moral, etc.

Or n’oubliez pas ce qu’il faisait subir à Regina et Katie depuis des mois et des années… Tous les jours, ouvrir son ordinateur et trouver des agressions… pour elles, c’était insoutenable. Et ça l’est toujours, parce que « Chasseur » continue actuellement à les embêter.

Donc son histoire de redresseur de torts, c’était de la manipulation absolue et totale : le harceleur qui joue au journaliste justicier !

Révoltée, car j’ai moi-même été journaliste professionnelle pendant 17 ans, Carte de presse N°54 196, j’ai cependant mis mes ressentis de coté.

J’ai alors décidé de me traiter moi-même comme une cliente en coaching.

La tête froide, j’ai appliqué sur « Chasseur » ma méthode du « profiling » des harceleurs, comme je fais avec mes coachés qui sont la cible de harcèlement moral au travail par des pervers manipulateurs ou des ambitieux sans scrupules, voire des managers immoraux.

En bon « profiler », j’ai donc cherché comprendre la psychologie du personnage qui se faisait appeler « Chasseur ».

En effet, son vrai pseudo du Net n’est pas du tout « Chasseur » bien sûr, mais son vrai pseudo a un rapport étroit avec un chasseur de la mythologie, personnage qui a cependant fini étouffé pour avoir avalé un moustique, anecdote qui m’a bien fait rire quand je l’ai lue sur Wikipedia !

J’ai interviewé Regina et Katie par mail, j’ai analysé soigneusement les écrits prolifiques de « Chasseur » contre elles deux, ainsi que contre moi sur les forums où il encourageait aussi les autres Internautes à m’insulter de concert.

Et j’ai compris ses motivations : « Chasseur » voulait se venger sur les femmes de son divorce, en les poursuivant de ses insultes sur le Net pour les terroriser. Forcément, il n’avait plus sa femme sous la main, ça devait lui manquer…

J’ai compris aussi sa théorie : selon lui, les femmes qui se plaignent de qu’on les harcèle (comme sa femme l’avait surement fait dans son affaire de divorce) sont des menteuses. Il faut donc les détruire…

L’association et la coach qui les aide, elles aussi, elles doivent y passer et être détruites professionnellement. Il affirmait vouloir à tout prix « révéler la vérité » sur moi, « révéler » mon soi-disant « vrai visage »… (Vous mettre le stress de la menace, de l’épée de Damoclès, est aussi l’une des techniques du harcèlement moral.)

J’ai compris qu’à travers moi, à travers Regina et Katie, « Chasseur » voulait résoudre la problématique non résolue de son divorce où il avait été considéré par la société comme un mauvais mari et un père indigne. Il avait été démasqué par la société : en se posant en justicier, il voulait en fait rétablir la vérité sur lui-même. Les femmes accusatrices étaient des folles menteuses et lui, en revanche, il était un type bien !

Mais moi, je ne suis pas sur terre pour régler les problèmes psychologiques des autres en me laissant persécuter sans rien dire.

J’ai alors décidé de rentrer dans le combat. « Chasseur » pouvait détruire ma boite me mettre au chômage si je le laissais faire. Mais pas question !

« Chasseur » avait voulu la guerre : il l’aurait ! Et j’obtiendrai la victoire.

« Chasseur » était un prédateur. OK. Je serai pour lui une proie très indigeste ! Le petit moustique de la légende mythologique… ceci symboliquement, bien sûr !

Face à quelqu’un qui veut vous détruire professionnellement alors que vous n’avez rien fait et que vous étiez bien tranquille dans votre coin à faire vos petites activités, il n’y a AUCUNE pitié à avoir.

Et c’est comme cela que j’ai envoyé une plainte contre « Chasseur » à la CNIL, avec les témoignages de Regina et Katie, ainsi que des copies imprimées des posts insultants de « Chasseur » qu’elles m’avaient transmis et toute la doc me concernant. A 3, nous serions enfin crues et défendues ! Chacune d’entre elles, seule de son côté, n’osait pas porter plainte…

Entre temps, j’ai réussi à faire effacer les principaux posts injurieux des autres forums concernés. J’ai même écrit au Ministère de la Justice du Canada, parce que « Chasseur », un petit malin, avait aussi publié sur un forum hébergé au Canada qui ne dépend pas de la CNIL française.

J’ajoute que dans l’un des forums où « Chasseur » avait publié ses horreurs contre moi, il y avait une autre discussion aux graves relents racistes et antisémites, accusant quasiment les Juifs d’être responsables de la peste au moyen-âge et comparant les caractéristiques physiques et sexuelles des différentes races (un ramassis d’insanités, même les Eskimos y passaient, les pauvres !).

Or ce forum avait refusé, de façon très hypocrite, d’effacer les posts diffamatoires de « Chasseur » à mon encontre.
J’ai donc demandé à la CNIL, sans ambages et dans la foulée, la fermeture de ce forum pour incitation à la haine raciale et antisémitisme, avec preuves des posts à l’appui. On trouve de tout, sur Internet… quelle horreur !

Il faut savoir que je suis d’origine Juive, c’est de notoriété publique puisque j’en témoigne dans mes livres (dont l’un qui est en ligne sur le Net). Donc la réticence de ce forum à effacer les posts de « Chasseur » contre moi m’a paru plus que suspecte. Voire discriminatoire…

La CNIL m’a répondu peu après que l’instruction de ma plainte est en cours.

Un mois de boulot quasiment non stop à envoyer des courriers et des mails partout !… mais avec des résultats.

C’est alors que sur Viadeo, après quelques temps de répit, « Chasseur » est revenu me traquer. Il a commencé à écrire contre moi sur un hub, avec le même genre de contenus diffamatoires sur ma prétendue identité d’arnaqueuse professionnelle.

Mais en plus, il a eu aussi une autre brillante idée, issue de son cerveau imbibé : m’accuser d’avoir copié le logo de mon association sur celui de l’ANPE ! Un vrai délire… N’ayant rien de concret pour me discréditer, il fallait bien qu’il trouve un détail quelconque !

Notez bien que cette fois ce malade était carrément venu sous son véritable nom s’inscrire exprès sur Viadeo pour me nuire ! (J’ai vérifié sur son profil : il avait zéro contacts, il était donc un nouveau venu sur Viadeo dont le premier geste avait été de me diffamer !).

J’ai bien évidemment imprimé les messages de « Chasseur » sur Viadeo pour les envoyer à la CNIL …

Heureusement, le support membres Viadeo (que j’ai prévenu aussi) a très bien réagi et je l’en remercie : en 3 jours, le compte de « Chasseur » a été supprimé.

Les posts de « Chasseur » ont été eux aussi supprimés du hub par le responsable, mais le mal était fait : les abonnés du hub les avaient déjà reçus !

Peu de temps auparavant, la CNIL avait mis en garde les cibles de cyber-harcèlement en publiant sur son site un communiqué qui les encourage à porter plainte contre les « trolls » de cette espèce.

Car cette façon de faire s’appelle du « trollisme » et selon la CNIL, il serait en recrudescence sur le Net. Le « troll » s’en prend à une cible et excite les autres internautes contre celle-ci, du coup ils se mettent tous ensemble à la diffamer, l’insulter etc., par effet de groupe.

De même que la perversion augmente dans la société, elle augmente aussi dans l’entreprise et sur le Net.

Et l’augmentation de la perversion, je ne suis pas la seule à le dire, le Dr Marie-France Hirigoyen l’a également déclaré lors d’une récente conférence au MEDEF.

Compte-rendu sur mon blog : http://coachingethique.blogspot.com

Voila donc mon histoire ! Je remercie Anita de m’avoir crue et appuyée sur Viadeo quand je lui ai demandé aide et soutien sur cette affaire. Je la remercie également de m’avoir demandé ce témoignage que j’ai écrit pour vous tous, chers Amis de Viadeo.

Personne n’est à l’abri ! Méfiez-vous des pervers, méfiez-vous de la malveillance et, surtout, défendez-vous sans pitié, sans aucun sentiment de honte ni de culpabilité. Ce n’est pas votre faute si un malade vous a choisi-e pour cible !

L’expertise qui consiste à démasquer et stopper les pervers manipulateurs toxiques, autrement dit les personnalités nuisibles, devient une compétence indispensable pour traiter les risques psycho-sociaux dans l’entreprise autant que toutes les formes de harcèlement.

Notre culture dominante se situe malheureusement dans la théorie politiquement correcte du « blame the victim ». Or la cible sincère n’a rien demandé à personne. Contrairement aux idées reçues, elle n’est pas co-responsable de ce qui lui arrive.

Face à l’incompréhension générale, elle ressent des sentiments de colère, d’abandon et d’injustice. Avoir expérimenté moi-même ces sentiments autour d’un incident somme toute minime car je l’ai stoppé, mais profondément injuste quand même, m’a renforcé dans ma pratique de coach. Cela m’a permis de développer mon empathie envers les personnes que j’accompagne.

Quand au harceleur pervers qui tente en général, dans les entreprises, de se faire passer pour la victime voire pour le justicier sauveteur, il faut aussi savoir le démasquer et le bloquer, lui rappeler les règles et s’il ne les respecte pas, oser s’en séparer.

C’est une expertise indispensable pour traiter le harcèlement moral en entreprise où la hantise des fausses plaintes est le cauchemar des DRH et des Directions. Les entreprises aussi doivent être défendues contre la perversion qui peut leur couter des fortunes en conflits inutiles, pertes de productivité, turn over, coûts d’image, etc.

Une citation avant de conclure : « Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font le contraire, et surtout la grande armée des gens beaucoup plus sévères qui ne font rien » (Jules Clarétie de l’Académie Française, 1840-1913).

Et sur PLACE DES RESEAUX, un article sur les nuisibles dans les organisations en réseau : http://www.placedesreseaux.com/Dossiers/animer-...

Pour conclure, voici ce que je voudrais vous dire : n’en veuillez pas aux manipulateurs, aux nuisibles, aux harceleurs et aux pervers, car la violence et la haine qu’ils génèrent pourraient vous détruire en vous faisant vous rabaisser à leur niveau.

Pardonnez-leur car ils sont malades, mais ne vous laissez pas faire par eux. Vous avez le droit de vous défendre.
Et dans votre cœur, ne laissez pas le Mal vous enlever l’Amour et la Victoire. Soyez vous, soyez vrais. Soyez humains.

« La vie est un combat, gagne-le ; la vie est la vie, défends-la » a dit Mère Teresa.

Amitiés à tous,
Sophie Soria
http://coachingethique.blogspot.com
2
EVELYNE B. , trouve trouvent cette discussion intéressante
vendredi 3 décembre 2010
Anita RODAMEL *
Avocate Droit Social / Droit Famille Droit Pénal & Délits routiers
Nice, France
Bonjour à tous et toutes,


Je vous invite très vivement à réagir sur l'article de SOPHIE qui lance les débats de ce mois de Décembre sur le CYBER-HARCELEMENT.


Avez-vous été victimes,vous mêmes de ce type de nuisances ?



ANITA RODAMEL
samedi 4 décembre 2010
EVELYNE B.
Consultante en organisation et gestion d'entreprise
CLICHY, France
Sur deux blogs différents, ce jour, j'ai vu des blogueuses qui annonçaient avoir des soucis avec des personnes qui les poursuivent, et l'une depuis plus d'un an.
Personne n'est à l'abri, et sur les millions d'internautes, on ne peut savoir que le contact auquel on répond, va subitement se mettre à s'incruster, puis à délirer.
Sur les forums, il y a des moments chauds lors des discussions (notamment politiques et religieuses), c'est presque normal, mais le net donne un sentiment d'impunité, ainsi que l'utilisation de pseudo, donc beaucoup vont au-delà de ce qu'ils se permettraient dans la vie réelle.
Ce que décrit Sophie est l'oeuvre d'un malade, je sais que même en lui imposant le silence, cela ne l'empêchera pas de revenir vers une de ses victimes : c'est comme les violeurs fétichistes, ses cibles lui appartiennent. Le mot utilisé est davantage "stalking" en cette matière, et on peut constater encore un vide juridique par rapport à cette véritable nuisance.
Il faut savoir que tout internaute délinquant est identifiable tôt ou tard, mais ce genre de personnage se croit plus vraiment plus intelligent que la loi, et les autorités. Il sait aussi que les services de la police sont déjà suffisamment surchargés par des affaires criminelles plus importantes : crimes, vol, viols, escroqueries... La position de la police serait de dire à la "cible" de ne plus utiliser internet, et elle sera tranquille.
Déjà c'est un droit d'expression, et comme pour le cas de Sophie, il y avait préjudice professionnel, ce qui était encore plus grave.
Ce malade aurait besoin d'une prise en charge, il serait intéressant de savoir quelle sera la suite réservée par la CNIL.
dimanche 5 décembre 2010
Anita RODAMEL *
Avocate Droit Social / Droit Famille Droit Pénal & Délits routiers
Nice, France
Bonjour Evelyne,

Oui... nous espérons tous avoir de bonnes nouvelles de la part de SOPHIE et connaître les suites données par la CNIL.

A suivre avec grande attention.

ANITA RODAMEL
lundi 6 décembre 2010
Anita RODAMEL *
Avocate Droit Social / Droit Famille Droit Pénal & Délits routiers
Nice, France
Bonjour Marguerite,


Merci pour ces précisions à propos des harceleurs"plus privés" et de leur manière de procéder.


Bien à vous.


ANITA RODAMEL
dimanche 10 juillet 2011
Sophie Soria
COACH CERTIFIEE ET DIRIGEANTE, LE NOUVEAU COACHING ETHIQUE ET ASSOCIATIONS
Paris, France
Bonjour Francis et merci pour votre post, ainsi que vos conseils.
Ne vous en faites pas, je gère la situation au jour le jour et je connais des avocats.
je tiens cependant à informer tout le monde ici que mon compte VIADEO a été piraté récemment (et surement par les mêmes harceleurs du Net).
On a envoyé des posts sous mon nom dans 50 hubs, ainsi que m'en a informé le Support Membres Viadeo qui a heureusement accepté de me faire confiance et de me rendre mon compte qui avait été supprimé à cause de cela.
Je ne sais même pas ce que ces pirates ont pu écrire sous mon nom, mais c'est une usupation d'identité en s'introduisant dans mon compte dont ils ont pu "craquer" le mot de passe je suppose.
Excuses à toutes les personnes qui ont pu lire ces posts que je n'ai pas rédigés.
Donc je ne suis pas folle et tout va bien pour moi... quand même !
Amitiés à tous,
Sophie
lundi 18 juillet 2011
EVELYNE B.
Consultante en organisation et gestion d'entreprise
CLICHY, France
Bonjour,
Je reviens sur cette discussion pour informer de certains éléments :
- une compagnie d'assurance SwissLife a à l'étude une assurance qu'elle proposera aux blogueurs pour se défendre (info communiquée sur un article de rue89).
Cependant selon les termes de cette assurance dont le coût serait de 9,90 euros par mois, dans le cadre des exclusions, on trouve toutes les activités de type professionnel et associatif.
Le contrat ne prendrait en défense uniquement que les attaques à titre privé.
Il me semble plutôt que la diffamation sur les activités professionnelles et associatives sont très nuisibles et importantes.
Côté politique, d'après les premiers contacts que j'ai eu sur le sujet, la sécurité numérique est à l'ordre des préoccupations gouvernementales, mais surtout concernant les données financières : cartes bleues...
Lady Gaga a réussi à faire condamner un pirate informatique à 18 mois de prison ferme, mais il avait monté une escroquerie pour détourner de l'argent... et puis Lady Gaga est une célébrité avec moyens...
Il est clair que le citoyen "lambda" préoccupe moins les autorités policières et judiciaires.
Pourtant nous sommes tous égaux devant la loi, tout en ayant la même égalité pour être défendu dans nos droits fondamentaux : celui de travailler, celui du respect de sa vie privée, de sa santé.
Le souci dans le cadre de Viadeo, c'est la recherche qui est faite par les employeurs sur le nom des candidats au recrutement. Et si un "original" sur internet essaie de démolir la réputation d'un internaute uniquement parce qu'il lui a tenu tête sur un forum ou qu'il a du succès dans ses écrits sur un blog ou un site d'actualités, où va-t-on ?
mardi 19 juillet 2011
LARIBI Abdelhamid
Conseil accompagnement, HAMID ECOUTE
Lyon, France
Oui tout à fait.
De tout temps l'homme pour son but use de tous moyens.