Information ténébreuse

mardi 28 août 2012
En plus, vu ce qu’elle m’avait permis de connaître sur la procréation, si je tombais enceinte, elle n’aurait vraiment pas pu me reprocher de l’avoir fait exprès.

C’était quand j’avais six ans. J’étais entrain de jouer dans ma chambre, bien tranquillement, sans rien demander à personne. Ma mère vint me voir et m’expliqua que le bébé sort du ventre de la mère par les « voies naturelles ».

Elle précisa que certaines mères négligent de donner cette information à leurs filles qui finissent par s’imaginer qu’il faut ouvrir le ventre de la mère pour en faire sortir le bébé. Pire, autrefois, on induisait les enfants en erreur en leur racontant des inepties, genre :

« Les garçons naissent dans des choux et les filles dans des roses »,

ou encore

« Ce sont les cigognes qui apportent les bébé aux parents ».

Quant à moi, j’avais la chance d’en savoir plus que la plupart des petites filles de mon âge parce que j’avais une mère qui, elle, au moins, sait éduquer ses enfants.

Ayant écouté son explication jusqu’au bout, je demandai :

« Qu’est-ce que c’est, les voies naturelles ? »

Ma mère me répondit d’un ton un peu sec, comme si j’abusais dans la stupidité :

« Mais, enfin ! Tu sais bien : quand tu vas aux cabinets.

- Tu veux dire que, euh… c’est le même chemin que la nourriture ? »

Voyant que je faisais bien la différence entre ce qu’il convient de dire ou ne pas dire, ma mère se radoucit et me répondit :

« Non, non. Pas la nourriture, la boisson.

- Mais les bébés, c’est gros pour passer par là.

- Oui mais la nature est bien faite. Le corps s’élargit pour permettre le passage du bébé et reprend ensuite sa forme initiale. Voilà, tu sais tout.

- Il y a encore un truc que je ne comprends pas : au départ, le bébé, comment il fait pour entrer dans le ventre de la mère ? »

C’est à ce moment-là que tout a basculé. Comment que je me suis fait engueuler !

« Mais, enfin ! Angélique ! T’as pas honte de poser des questions comme ça ! Tu trouves pas que t’en sais déjà assez ? tu voudrais aussi savoir ce qui concerne les hommes ? C’est pas beau d’être curieuse comme ça. Si on a inventé les vêtements, c’est pas pour voir ce que se passe en dessous.

- Mais non, mais…

- Ça suffit ! je ne te dirai plus rien. »

Je n’ai rien compris. Pourquoi ma mère me parlait-elle des hommes ? Je n’imaginais pas qu’ils eussent une part active en l’occurrence. Selon moi, faire des bébés, c’était une affaire de femmes exclusivement. Je croyais que ce n’était qu’après la naissance que la mère offrait l’enfant à l’homme de son choix qui, par reconnaissance, en devenait le père.

Ce n’est pas après avoir été si vertement réprimandée que j’aurais osé revoir mon point de vue concernant le rôle de l’homme.

SEX AND DESTROY un nouveau son rock ?
1ère partie : DATE ET LIEU DE NAISSANCE
chapitre 3 : La bêtise de l’amour

section 8 sur 9
http://lappeldelahordelivre.blogspot.com/2010/0...
1
Stéphanie LEMARCHANDEL trouve trouvent cette discussion intéressante
samedi 8 septembre 2012
Martine Arrou-vignod
Ingénieur scientifique, agrégée de mathématiques, directrice de FORMAV, FORMAV
Chaville, France
Bonjour,
J'ai lu la partie autobiographique de votre post
Les questions que je me pose sont: ce post a-t-il un intérêt pédagogique ? Si oui lequel ? Pourquoi l'avez vous publié dans ce groupe ?
Merci d'avance de votre réponse
Cordialement
mardi 11 septembre 2012
Martine Arrou-vignod
Ingénieur scientifique, agrégée de mathématiques, directrice de FORMAV, FORMAV
Chaville, France
Sans réponse de votre part sur l'intérêt pédagogique de votre post, je me sentirai obligée de le supprimer mercredi soir
Cordialement
mardi 25 septembre 2012
STELLA KALOUDIS
Metapedagogue et Formatrice en METAPEDAGOGIE + Asso J'avance et je m'élève.
Bordeaux, France
je me permets d'intervenir... le manque de réponse de l'auteur ne justifie pas la disparition de l'histoire. Selon moi , en effet, la situation décrite correspond à un certain air du temps dans certains milieu où l'on fait taire l'enfant et on évite de répondre à sa question de façon à se débarasser de l'impertinence (selon le texte ) de la question. C'est une pédagogie comme une autre: celle de l'évitement C'est celle que l'on rencontre même au plus haut niveau politique , lorsque l'on pose une question bien précise et que la réponse est en bla bla réthorique et dialiectique, inintelligible à la majorité des vous et moi! ... alors gardons trace de cette pédagogie et disons nous qu'il convient au changement d'intervenir! je suis pour la communication vraie, l'échange ouvert, sans le mensonge, les cachoteries, les non dits...enfin tout l'inverse de l'histoire et de nos politiciens! D'ailleurs notre auteur ROCK and Roll pourrait bien étudier le cas de manque pédagogique des "initiéss"! .