Mathieu Andro, l'inlassable bâtisseur de bibliothèques numériques

mardi 30 octobre 2012
AFNOR BIVI
Editions, AFNOR
La Plaine-Saint-Denis, France
Après avoir participé au lancement des « Archives ouvertes » de Toulouse et dirigé la numérisation des fonds de la bibliothèque Sainte-Geneviève, Mathieu Andro est devenu expert des bibliothèques numériques. Cet explorateur de technologies teste désormais les applications de l’intelligence artificielle.

« Dans 20 ans, on portera sur le livre papier le même regard que celui qu’on porte aujourd’hui sur les montres à gousset », prophétise Mathieu Andro. Le jeune homme de 34 ans, fasciné par le rôle du web dans la diffusion de la culture, a déjà à son actif quelques jolies réalisations dans le domaine des bibliothèques numériques. « Je suis un boulimique de travail. Si je n’apprends pas, je m’ennuie ! », affirme-t-il. Enthousiaste, dynamique et bavard, son profil tranche avec l’ambiance feutrée des bibliothèques.

L’inexorable ascension du bibliothécaire
Mathieu Andro commence sa carrière tout en bas de l’échelle de la fonction publique : après un DUT d'infocom à l'université de Dijon, il obtient un emploi au laboratoire de botanique du Muséum d'histoire naturelle à Paris. Prêt, accueil, indexation…Le bibliothécaire en herbe se sent déjà à l’étroit. Il suit donc des cours du soir de la Mairie de Paris, section informatique, et met ses nouvelles compétences à profit en concevant le site internet de la bibliothèque d’ichtyologie du Muséum. Promu, Mathieu Andro se lance dans sa première numérisation d’ouvrages, celle de l'Histoire Naturelle des Poissons de Georges Cuvier, en 25 tomes, qu’il finance grâce à un mécénat de Total.
Pour lire l'intégralité de l'actualité, rendez-vous sur BIVI Fonctions documentaires et faites un essai gratuit ! http://bit.ly/YhDyAx
2
Mathieu Andro , Jonathan KUS trouve trouvent cette discussion intéressante
vendredi 8 février 2013
Philippe OUATTARA
Documentaliste, Ministère du Commerce, de l'Artisanat et de la promotion des PME
Abidjan, Côte D'ivoire
Pas mal comme démarche. En Europe c'est beaucoup plus facile qu'en Afrique. Je lui tire mon chapeau