Les caractéristiques du LCC (I)

vendredi 27 mars 2009
Qu’est- ce qu’une compagnie Low Cost – LCC.
Voici les caractéristiques d’exploitation énoncées par JC Spinetta dans « Transport aérien: gagner ensemble » éditions Publisud pour le CEPS.

- pas de long courrier
- pas de correspondances
- peu ou pas de distribution autre qu’internet
- peu de grandes plates-formes
- peu de fréquences
- pas de service au sol et pas de service gratuit en vol
- pas de passagers à particularités
- pas d’avion de réserve pour garantir la régularité minimum d’exploitation

En complément de ce qui pu être écrit par Jean-Cyril Spinetta et repris dans une précédente lettre, le business modèle des Low-Cost est plus complexe qu’il n’y paraît :

D’une part, certaines de ces affirmations sont assez inexactes :
- Les low-Cost ont fait évoluer leur modèle et proposent aujourd’hui des destinations court et moyen courrier, avec d’autres perspectives,
- Dès lors qu’il existe des hubs, des correspondances sont possibles. Elles ne sont seulement pas prises en compte et l’achat du billet reste lui sur un modèle de trajet unique,
- Si la distribution ne peut se faire que par téléphone ou par internet, c’est uniquement pour économiser les coûts liés à des intermédiaires,
- easyJet représente depuis plusieurs années la deuxième compagnie aérienne pour ADP. De plus, easyJet et RyanAir sont les deuxième et troisième compagnies en France et en Europe. Il est donc difficile de dire qu’elles ont peu de fréquences et de plates-formes. Elles couvrent simplement des territoires et des plages horaires qui étaient très souvent délaissées par les compagnies traditionnelles,
- les services aux sols dépendent des plates-formes aéroportuaires. L’ensemble des services existent, au sol comme en vol. ils sont simplement laisser au libre choix des passagers,
- les règles internationales du transport aérien sont respectées par toutes les compagnies et elles ont toutes l’obligation de transporter un passager,
- chaque compagnie low-cost possède des « avions de réserves », certes peu nombreux, mais il suffit de comparer les données sur les pourcentages des avions à l’heure pour chaque compagnie pour se rendre compte que les compagnies traditionnelles et les compagnies low-cost sont au moins comparables, si ce n’est mieux loti pour ces dernières.

D’autre part, il existe de nombreux autres éléments qui sont essentiels à prendre en compte pour bien comprendre leur business modèle :
- les frais de structures sont limités au maximum, afin de permettre des économies d’échelles considérables. Les sièges sociaux des low-cost et les avantages en nature de leur dirigeants de sont pas comparables avec ceux des compagnies traditionnelles,
- les personnels ne bénéficient pas de vols gratuits ou à de tarifs très avantageux, à l’inverse de ceux des compagnies traditionnelles. Pour mémoire, près de 40% des pilotes de Air France sont domiciliés sur la côte d’azur et doivent donc rejoindre les plates-formes d’ADP pour prendre leur services,
- les tarifs des low-cost sont totalement transparents, et lorsqu’un vol est proposé sur leur site internet à un prix donné, c’est qu’il est disponible,
- l’ensemble des services proposés sur un vol low-cost sont d’excellentes qualités et de même nature que ceux proposés par les compagnies traditionnelles. Ils sont simplement proposés aux passagers, et pas imposés.
- Enfin, et il est essentiel de le rappeler, l’ensemble des avions qui composent les flottes des compagnies low-cost sont des appareils qui ont moins de 10 ans, et pour plus de la moitié d’entre eux, moins de cinq ans. Ces flottes se composent généralement de un ou deux modèles, et la sécurité est un élément primordial dans ces compagnies qui n’ont jamais connues, en ce qui concerne les compagnies européennes, d’accidents majeurs.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur les différences de business modèle, tant il s’agît là de modèles très différents. Mais il y a fort à parier que ces modèles et ces différences d’approches soient de plus en plus complémentaires avec de nombreuses synergies communes à trouver et développer
1
Mustapha Mazghi trouve trouvent cette discussion intéressante