Les curieux habitants

mercredi 2 janvier 2013
Le temps passa et rien ne bougea.

Plus personne n’avait envie d’en parler. Quand des invités venaient à la maison, si Papa ou Maman évoquait le sujet en fin de repas, ils répondaient tous :

« Oh ! Non. Oublions cela ! Emmenez-nous plutôt nous promener du côté de la Défense ! »

Nous passions donc nos dimanches après-midi à admirer le béton en construction, à essayer de compter les étages des plus hautes tours, à tenter de deviner ce que représentaient les statues d’art moderne érigées au pied des tours…

Quant au vieux Courbevoie, plus personne ne le regardait, jusqu’au jour où Tata Lili demanda à aller voir ce qu’était devenu le quartier qui était entre le vieux Courbevoie et le cimetière (sauf qu’il ne s’appelait pas comme ça, en vrai ; c’était moi qui l’appelait comme ça, normalement).

Quelle drôle d’idée avait eue Tata ! Tandis que tous les promeneurs foulaient les sentiers bétonnés de la Défense, nous faisions du hors piste dans un vieux Courbevoie désert. C’est ainsi que nous fûmes les premiers à découvrir quelque chose de rigolo.

Pénétrant à l’intérieur du quartier qui était entre le vieux Courbevoie et le cimetière, nous nous aperçûmes qu’il était habité : il y avait des gens dans les maisons et du linge aux fenêtres… enfin, ce n’étaient pas vraiment des fenêtres puisque les ouvertures prévues à cet effet n’avaient pas de carreaux.

Maman murmura :

« Ys ont pas le droit, d’être là ! »

C’était très animé. Dans la maison juste à notre droite, un monsieur grondait. De la maison juste à notre gauche, une dame passa la tête et, s’inspirant de Maman, répondit au monsieur :

« On a autant le droit que vous, d’être là. »

Ces curieux habitants nous regardaient passer comme si notre présence en ce lieu était encore plus bizarre que la leur.

Tata dit :

« Oh ! Les pauvres gens. Etre obligés d’habiter là, de dormir là. J’pourrais pas ! J’f’rais des cauchemars. »

Maman, moins tendre, répondit :

« Tss ! Ils savent qu’ils vont être relogés en HLM. Ils s’installent là exprès pour faire pression sur les pouvoirs publics. Ils sont malins ! »

Par la suite, quand Maman m’emmenait faire les courses dans ce coin-là, elle regardait de loin si le quartier qui était entre le vieux Courbevoie et le cimetière était toujours habité. Il l’était et ça ne plaisait pas à Maman qui, de fait, préférait ne pas s’en approcher.

Ça ne plaisait pas non plus aux locataires de l’immeuble qui se plaignaient que Courbevoie devenait « mal famé ».

Il sembla que ce fussent les habitants de Courbevoie mécontents qui eurent fait pression sur les pouvoirs publics, de sorte que les occupants du quartier qui était entre le vieux Courbevoie et le cimetière furent relogés en HLM.

Quand Maman m’emmena faire les courses dans ce coin-là, nous nous en approchâmes genre : « Y a plus personne, on peut y aller ».

SEX AND DESTROY un nouveau son rock ?
1ère partie : DATE ET LIEU DE NAISSANCE
chapitre 4 : Les garçons de maternelle

section 4 sur 13
http://lappeldelahordelivre.blogspot.com/2010/0...
0
trouve trouvent cette discussion intéressante
samedi 12 janvier 2013
Éric Sauvat
Tel Monsieur le Sous-Prefet aux champs...
Lavoûte-Chilhac, France
Bonne Année Angélique... Sûr ils sont malins, et y'en aura plus en 2013 puisqu'on leur paie des HLM en expulsant les p'tits rentiers qui peuvent plus payer leur loyer!