#Ess ? Avis de Recherche !...

jeudi 31 août 2017
Jean-Philippe Brun
" Un homme, une voix "
Enghien-les-Bains, France
Bonjour,

@ CIRIEC | BREVES n° 111 – juillet-août 2017 | Edito Marcel Caballero | Avis de Recherche !...

| Enfin à sa place ! écrivions-nous ici-même, en juin 2012, pour saluer la création d’un ministère délégué à l’économie sociale et solidaire au sein du ministère de l’Economie et des Finances. Après bien des errances, voire des errements, l’ESS avait effectivement trouvé sa place dans l’organigramme gouvernemental : celle d’une économie à part entière...|

De Délégation interministérielle en Secrétariat d’Etat, ballottée entre le Plan, le Premier ministre, les Affaires sociales… avant de pratiquement disparaître en droit sinon en fait, l’ESS n’avait, qu’à de rares et brèves occasions depuis 1981, été considérée pour ce qu’elle est : d’abord un secteur économique.

Son tort était sans doute de reposer sur des valeurs et de mettre en œuvre des pratiques différentes, voire antagonistes, de celles du modèle dominant : l’économie capitaliste. Faute d’accepter ou de savoir lui reconnaître sa différence, les gouvernements préféraient jusque là, à des degrés variables, ne retenir d’elle que sa capacité - par ailleurs réelle voire supérieure - à créer des emplois durables et à contribuer à la réparation, donc à la cohésion sociale. Et ce parti pris était d’autant plus affirmé dans les périodes où la situation de l’emploi se détériorait et les tensions sociales s’exacerbaient. On l’instrumentalisait.

Dans les périodes plus fastes, on l’ignorait, lorsqu’on ne la brocardait pas. Ce nouveau positionnement de l’économie sociale, désormais servie par un ministre délégué à l’Economie, aux Finances et au Commerce extérieur, chargé de l’Economie sociale et solidaire, l’affranchissait de ce rôle de Croix Rouge de l’économie en crise dans lequel on voudrait la confiner. C’est ce qu’avait indiqué le ministre, Benoît Hamon, lors de la passation de pouvoirs : « C’est la volonté aussi du président de la République et du Premier ministre de dire qu’il n’y a pas qu’un seul modèle économique qui est le modèle d’entreprise classique tel qu’on le connaît, et c’est une forte volonté politique que de rattacher ce ministère à Bercy ». Car, « on ne crée pas seulement de la richesse à travers le modèle économique classique ».

Entreprendre autrement, c’est-à-dire collectivement, démocratiquement, proscrire l’appropriation individuelle des profits, tendre simultanément à l’excellence économique et à l’excellence sociale, en un mot mettre l’économie au service de l’intérêt général, c’est la mission qu’inlassablement les acteurs de l’économie sociale n’ont cessé de remplir. L’utilité de leur rôle était enfin reconnu et encouragé.

L’engagement avait été pris pendant la campagne pour l’élection présidentielle. Exception à la règle, il a été tenu, en particulier par la promulgation d’une loi, en 2014, comportant clarifications et soutiens.

Les temps ont changé. Ou plutôt la hiérarchie des valeurs. Où est passée l’économie sociale dans l’actuel gouvernement ? Je ne me risquerai pas à tenter de répondre. D’autres s’y efforcent qui ont lancé un avis de recherche [JPh. Milesy]. Saluons leur courage, qui s’apparente à la recherche d’une aiguille dans une meule de foin.

Sans attendre qu’ils y parviennent, cessons de gémir et exprimons une espérance. Dans les domaines qui participent de l’initiative citoyenne ou des luttes sociales, le fait a généralement précédé le droit. Les coopératives, mutuelles et associations qui forment l’économie sociale sont nées spontanément de la nécessité. La loi a tardé à les reconnaître, souvent pour les mieux contrôler.

Espérons donc qu’à travers ses organisations représentatives et ses entreprises, l’ESS saura, par ses propres initiatives, se montrer à la hauteur du nouveau défi auquel elle se trouve aujourd’hui
confrontée...

... cet édito de Marcel Caballero avec l'entière BREVES 111 du CIRIEC > www.ciriec-france.org / http://tinyurl.com/ljpdg8e

(relayé par) JPh Brun
_________________
0
trouve trouvent cette discussion intéressante