Maria Prat s'est éteinte dans sa 100e année

vendredi 26 mai 2006
Lannion-Perros vendredi 26 mai 2006

Maria Prat s'était investie pour sauver la langue bretonne et égayer la campagne à travers le théâtre, la chanson, le conte et la musique.
Plus de trois cents veillées à travers la campagne du Trégor. L'écrivain mettait son talent au servicede la sauvegarde de la culture bretonne.
La culture bretonne vient de perdre une de ses grandes figures. Maria Prat, écrivain populaire, animatrice des fameuses veillées bretonnes du Trégor, s'est éteinte mercredi soir à la maison de retraite de Kergomar. Elle aurait eu 100 ans le 14 août. Mercredi, Roger Laouénan, écrivain et compagnon de route de Maria Prat lui avait rendu visite : « Je ne pensais pas qu'elle serait partie si vite. »

Grande croyante, la Lannionnaise aura marqué la culture bretonne avec l'organisation, pendant vingt ans, de plus de trois cents représentations avec des acteurs amateurs. C'est avec son coeur, en toute humilité, qu'elle a écrit des tas de pièces de théâtre, des poèmes, des textes comiques contés dans ces célèbres veillées à travers toutes les communes du Trégor. Chez elle, on répétait, c'est elle qui était chargée de retenir les salles : « Elle était au four et au moulin. »

En février 1984, il y eu comme une grande soirée d'adieu à Tonquédec. C'est aussi cette année-là que le maire de Lannion Yves Nédélec lui remet la médaille d'honneur de la ville. Femme de tradition, Maria Prat était paradoxalement femme moderne. « Elle a passé son permis de conduire très tôt et en matière de matériel agricole, elle était toujours à la pointe », note Roger Laouénan. C'est grâce à son initiative en 1959 de lancer une troupe de théâtre que le talent d'écrivain de Maria Prat qui couvait depuis son plus jeune âge a véritablement éclaté.
0
trouve trouvent cette discussion intéressante