12415 Discussions

Est-il vrai que les gens ne lisent pas sur le web ? Venez relever le défi !

lundi 17 janvier 2011
Denis Gentile
Content Manager, PositivR
Milano, Lyon, Cannes, Paris, France
Bonjour,

j'ai décidé de lancer un DEFI. De VOUS lancer un défi...

Suite à l'excellente (et terrifiante) remarque de Kevin Keffazi, créateur de l'agence imagin34.fr

" Le contenu contextuel reste quand même minimaliste dans l'efficacité d'un site web, les gens n'aiment pas lire cela est une réalité que mon équipe et moi constatons régulièrement..."

LES GENS N'AIMENT PAS LIRE SUR LE WEB

Etes-vous d'accord avec cette analyse ?

Kevin n'est pas le seul à constater cela. En effet, la plupart des agences raisonne de la même façon. Ils engagent une dizaine de web designers mais aucun REDACTEUR WEB ou COMMUNITY MANAGER. Au mieux, ils prennent des stagiaires ! (c'est un autre débat :))

La raison ? Tout le monde a appris à écrire. On peut se débrouiller entre nous sans un spécialiste.

Qu'en pensez-vous ?

Le défi est le suivant : si vous êtes nombreux (au moins 1000 personnes) à lire ce message, alors on ne pourra plus dire que "les gens ne lisent pas sur le web".

Dans le cas contraire, on devra se résigner à cette terrifiante réalité.
Si, en plus, vous ajoutez votre commentaire et que vous dépassiez les 50 commentaires, alors on pourra affirmer que non seulement les gens aiment lire sur le web, mais qu'ils aiment aussi écrire !

Etes-vous prêts à relever ce défi ?

C'est à vous de jouer...

Vous pouvez aussi participer à ce débat sur mon blog : www.morethanwords.fr

Merci,

Denis Gentile
16
mercredi 16 février 2011
Denis Gentile
Content Manager, PositivR
Milano, Lyon, Cannes, Paris, France
Bonjour à toutes et à tous,

bientôt 4000 lectures pour cette discussion. Merci à toutes et à tous.

Déjà 3 articles qui s'inspirent de ce thème.

Nous sommes nombreux à avoir envie de lire des textes de qualité sur le web. Le livre n'est plus seul même s'il ne mord pas encore la poussière !

Vous continuez à lire et à alimenter par vos excellents commentaires cette question sur la lecture et la qualité des textes publiés sur le web.

Alors, j'ai décidé de publier l'un de mes textes. C'est mon modeste cadeau pour vous remercier tous (puisque que je sais que vous lisez sur le web :) ).

Ma référence et l'artiste pour lequel j'ai une admiration sans fin est MICHELANGELO. Je travaille d'ailleurs sur un livre que j'espère publier d'ici 7 ou 8 ans !

En attendant, voici un extrait de mon livre "Diversions de l'Ange", à découvrir sur le lien suivant :

http://bit.ly/i0vW0b

Merci,

Denis Gentile
www.morethanwords.fr
jeudi 17 février 2011
Catherine de GASQUET
Chargé de communication et publicité, Cithéa Communication
PARIS, France
quand on aime lire, pour le plaisir, le travail, on lit sur le web aussi bien sur. Cela serait bien d'ailleurs de lire des contenus bien écrits.
mardi 22 février 2011
Nancy FREYERMUTH
Consultante Bilan de Compétences, A3CV-A3conseil
Nantes, France
Bonsoir,

Je pense qu'on ne lit pas de la même façon sur le web.
Pour ma part j'utilise le web pour travailler, surfer, me renseigner, me documenter, bloguer, facebooker, viadéoter mais pas pour m'évader!

Le livre je le choisi, je le touche, je l'emmène avec moi, je le lis, le relis, j'en corne le coin des pages, y glisse un marque-page offert, je le respire aussi car le papier a une odeur.

Ensuite je dévore l'intrigue, digère la thématique, me glisse dans la peau du personnage, j'enrichis ma culture, me nourris d'image mais le tout à mon rythme, dans le lieu que j'ai choisi (train, couette, en terrasse, sous un arbre...) et au moment que je veux.

Je le quitte temporairement pour mieux le retrouver plus tard toujours au moment que je choisis.

Ensuite je le garde, ou le recommande, je l'offre ou je l'abandonne sur un banc public pour qu'il trouve un autre lecteur !

J'ai du mal à imaginer une telle "relation" avec mon PC...et pour ce qui est de l'abandonner...

Ce qui me gêne sur le web, c'est les couleurs flashy, les pubs et bandeaux polluants, les fautes, la mise en page...je ne trouve pas toujours çà très "confortable" ni plaisant !

J'ai bien tenté la lecture sur la jolie tablette reçue en cadeau mais je me lasse ou me fatigue vite. Le livre (sauf les pavés trop lourds) suit mes mouvements, et bouge avec moi et puis je peux le tordre dans tous les sens, avec la tablette c'est plus dur :-)

En fait la lecture sur le web je la sélectionne, la lecture sur papier je m'y abandonne.

Cordialement,
mercredi 23 février 2011
Philippe de Casabianca
Responsable de la communication, Diocèse d'Ajaccio
Ajaccio, France
Je pense qu'on pourrait faire un parallèle analogue avec la construction. Certains racontent que l'habitat traditionnel, en raison des matériaux utilisés, s'accorde mieux avec la transmissions des ondes naturelles qui influencent le rythme cardiaque. A creuser
mercredi 23 février 2011
Denis Gentile
Content Manager, PositivR
Milano, Lyon, Cannes, Paris, France
A LIRE le nouvel article : Le livre est-il moins écolo que l’iPad ? sur NetZ.fr : http://bit.ly/esMk5p


Le débat continue sur : http://bit.ly/gTNAFp
Le livre est-il moins écolo que l’iPad ? L'environnement au coeur du débat.

et sur le blog : http://bit.ly/eYkjUl avec l'interview de Philippe de Casabianca


Merci pour vos réactions


Denis Gentile
www.morethanwords.fr
samedi 26 février 2011
Martin BOHN
Journaliste, formateur en techniques d'écriture professionnelle
PARIS, France
Probablement que ce Kevin parle pour lui. Et justifie son comportement en s'abritant derrière "les gens".
Ceux qui aiment lire lisent partout.
Le web nécessite simplement des formats courts, à cause de la fatigue visuelle plus grande sur écran.
samedi 26 février 2011
Ivan Jouravleff
Vendeur Placements, Societe Generale Corporate & Investment Banking
Lyon, France
La lecture change, nos cerveaux aussi : e-book, Internet, smartphone...
"Depuis plus de cinq cents ans, nous avons développé des capacités cognitives adaptées à l’écrit sur papier. Or, le texte prolifère aujourd’hui sur toutes sortes de supports électroniques : e-books, smartphones, ordinateurs… entraînant une révolution de notre rapport à la lecture. Et une modification de notre cortex... Si l’écran électronique peut se flatter d’apporter un plus cognitif, c’est bien grâce à ces liens qui permettent de naviguer librement d’une page à l’autre au cours de la lecture, via un simple clic sur certains mots ou certaines images. [Mais] les experts après avoir porté l’hypertexte aux nues et vu en lui la panacée en matière d’apprentissage, ont dû en rabattre."

La vitesse de lecture baisse de 25%
"La lecture est un processus très gourmand en capacités cognitives. Elle mobilise successivement pour le seul décodage des mots plus de 6 zones cérébrales. Si le cerveau doit en plus solliciter des zones de reconnaissance de forme, de position, de vitesse ou de couleurs, il se retrouvera rapidement en surcharge. De fait, face à un contenu multimédia, la vitesse de lecture chute de 25%."

Il y a une perte des repères spatiaux
"un texte imprimé sur papier est par définition stable, fixe. A l’inverse, un document électronique, dynamique, peut se déplacer à volonté sur l’écran. Or, une phase essentielle de la lecture consiste à mémoriser les coordonnées spatiales (la position) des mots importants dans le texte…"

Les hypertextes feraient perdre jusqu’à 30% de la force de travail
Thierry Baccino considère que le stress déclenché par des hypertextes offrant un très grand nombre de pages à visiter fait perdre jusqu’à 30% de la force de travail."

La lecture d’hypertextes est facilitée si le sujet se voit contraint de lire d’abord le document de manière linéaire
Dorothée Fillet (une doctorante d’Eric Jamet) a mené récemment une expérience "sur un module de cours en ligne, montre que la lecture d’hypertextes est facilitée si le sujet se voit contraint de lire d’abord le document de manière linéaire, conformément à l’enchaînement conceptuel voulu par l’auteur, avant d’être autorisé à fureter comme bon lui semble."
samedi 26 février 2011
Ivan Jouravleff
Vendeur Placements, Societe Generale Corporate & Investment Banking
Lyon, France
Et le fait que vous ayez réussi à lire tout l'article que je reprends de Sciences et Vie ne prouve rien, pas plus que le nombre de lectures et de participations de ce post.

La seule démonstration, c'est la création d'un buzz réussi, qui s'appuie cependant sur un ressort puissant mais classique : l'amour propre, et sur un sujet qui est intéressant en soi, pour ceux qui aiment à la base lire...

c'est un peu tautologique, non ?

mais bravo à l'auteur, et à nous tous !