André Klarsfeld

André Klarsfeld

professeur, Ecole Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles (ESPCI)
 

En poste chez Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles de la Ville de Paris

Précédents : CNRS, La Recherche, Institut Pasteur

 

Précédents : Institut Pasteur, Ecole Normale Supérieure, Université Paris 6 Pierre Et Marie Curie, Lycée Janson De Sailly

 

    En résumé

    A la suite d'études de physique à l'Ecole Normale Supérieure (qui m'ont valu l'agrégation et une thèse de 3ème cycle en 1982), je me suis reconverti à la biologie grâce à un cours de l'Institut Pasteur. J'y ai rejoint le laboratoire du Pr. Jean-Pierre Changeux, pour y obtenir en 1990 une thèse sur "la régulation de l'expression du récepteur nicotinique de l'acétylcholine dans le muscle" (Université Pierre-et-Marie-Curie). J'ai ensuite effectué un stage post-doctoral dans le laboratoire de Pascale Cossart, toujours à l'Institut Pasteur, puis j'ai participé en 1996 à la création de l'équipe de François Rouyer, à l'Institut de neurobiologie Alfred Fessard du CNRS, à Gif-sur-Yvette. Je m'y suis intéressé plus particulièrement à l'organisation en réseau de l'horloge cérébrale de la mouche drosophile (une grande favorite des généticiens depuis plus d'un siècle) et à la mise à l'heure de cette horloge par la lumière et la température. Il s'agit là de l'horloge interne qui contrôle l'alternance régulière veille-sommeil, chez tous les animaux. Elle est plus généralement derrière tous les rythmes "circadiens" – néologisme issu du latin, pour indiquer que leur période est d'environ un jour. Ceux-ci sont présents aussi chez les plantes (par exemple ouverture des fleurs le jour et fermeture la nuit) et même chez des bactéries. En 2009, la Société Francophone de Chronobiologie m'a élu à son Conseil d'administration. Depuis le 1er septembre 2011, je suis détaché du CNRS comme professeur de Physiologie à l'ESPCI ParisTech (Ecole Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles de la Ville de Paris). En collaboration avec Serge Birman, au sein du Laboratoire de Neurobiologie (Unité mixte CNRS/ESPCI), je vais poursuivre des recherches sur l'horloge circadienne, mais aussi sur la neurodégénérescence, toujours à l'aide de la précieuse drosophile. J'ai également beaucoup travaillé à faire partager ma passion pour les sciences en général, y compris celles que l'on dit humaines (mais pas les occultes :-), à travers des cours universitaires, des conférences grand public, des journées "portes ouvertes" dans les laboratoires, des bars des sciences, des articles et deux ouvrages de vulgarisation : "Biologie de la mort" (2000), co-écrit avec Frédéric Revah, et "Les horloges du vivant - comment elles rythment nos jours et nos nuits" (2009), tous deux parus aux éditions Odile Jacob. En 1989, j'ai participé à la fondation de "Génétique et Liberté", une association visant à promouvoir des débats critiques sur les implications humaines et sociales des avancées de la génétique et des biotechnologies. J'y ai notamment coordonné des cycles de conférences grand public, à l'ENS, à la Faculté de médecine Necker et au Palais de la Découverte.

Parcours

Professeur

Chez Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles de la Ville de Paris

 

Rédacteur

Chez La Recherche

De 1990 à 1991
Collaboration à la rédaction
 

Compétences

 
  • Bioéthique
  • Enseignement
  • Enseignement supérieur
  • Journalisme
  • Neurobiologie
  • Physique
  • Recherche
  • Vulgarisation

Langues parlées