Jean-Luc Raynaud

Jean-Luc Raynaud

Magistrat honoraire
 

En poste chez Cour d’appel de Douai (Nord)

Précédents : Ministère de la Justice, Cour d’appel de Saint Denis de la Réunion, Tribunal de grande instance de Saverne (Bas Rhin), Tribunal de grande instance de Strasbourg, Ministère de l’économie, des finances et du budget, Tribunal de grande instance de Créteil (Val de Marne), Tribunal de grande instance de Tours (Indre et Loire), Tribunal de grande instance de Mulhouse, Université de Haute Alsace

 

Précédents : Ecole Nationale Magistrature, Université Clermont 2 Blaise Pascal

 

    En résumé

    Jean-Luc Raynaud est un magistrat de l’ordre judiciaire. Il exerce, depuis le mois de novembre 2009, les fonctions de conseiller à la cour d’appel de Douai (Nord). Il est marié et père de trois filles. Au fil d’une carrière professionnelle diversifiée, Jean-Luc Raynaud a acquis des connaissances juridiques étendues, particulièrement en droit du travail et en droit de la consommation, qu’il a mises en oeuvre avec le souci constant de leurs conséquences pratiques. Le Droit ne vaut que par son application, et il est souhaitable qu’il rencontre la Justice... Jean-Luc Raynaud a été successivement juge d’instance, premier juge, magistrat détaché, vice président, président de tribunal, conseiller de cour d’appel. Ces mutations se sont accompagnées quasi systématiquement d’un changement de région. Il a ainsi fait la preuve de sa capacité d’adaptation. Ce parcours l’a, en effet, amené à vivre en Touraine, en région parisienne, mais surtout en Alsace, en outre mer et maintenant dans le Nord-Pas de Calais. Il a aimé ces régions à forte personnalité, dont il a eu le souci de connaître l’histoire et de comprendre la culture. Son ouverture d’esprit et son goût des relations humaines sont, au même titre que sa lucidité et sa fidélité en amitié, des points marquants de sa personnalité. Il a toujours tenté de concilier vie personnelle et vie professionnelle. Après des études primaires à Brives -Charensac et secondaires au lycée Charles et Adrien Dupuy au Puy (Haute Loire), Jean-Luc Raynaud a poursuivi des études de droit à la faculté de droit et de sciences politiques de Clermont Ferrand. Il a obtenu une maîtrise en Droit public, avec mention, en juin 1974. Il a suivi, à la faculté de lettres de la même université, des cours d’anglais et de philosophie en tant qu’auditeur libre. Il a été membre, en 1974 et 1975, d’une amicale d’étudiants qui avait rompu avec la tradition corporatiste de ce type de structure, et d’un syndicat étudiant. C’est au cours de cette période qu’il a noué ses plus anciennes amitiés. Parallèlement, pendant les vacances d’été, il travaillait dans des exploitations agricoles et des administrations, traversait l’Europe en auto-stop et rencontrait des jeunes de son âge, d’origine et de pays divers, au cours de “chantiers” dans lesquels l’anglais était la langue véhiculaire. Jean-Luc Raynaud a effectué en 1976 son service militaire dans la Marine Nationale, ou il avait tenu à servir comme matelot de base. Il a touché du doigt, à cette occasion, la diversité de la société française, bien éloignée parfois de ce que pensaient les étudiants, Il a intégré, en février 1977 l’École Nationale de la Magistrature. Après neuf mois d’études à Bordeaux-et un premier mariage-, il a effectué son stage en juridiction au tribunal de grande instance de Bourgoin-Jallieu (Isère), qui avait jugé quelques mois plus tôt une douzaine de manifestants contre l’implantation de la centrale nucléaire de Creys Malville, une affaire qui avait défrayé la chronique. C’est au cours de ces années de formation que s’est forgée sa personnalité. Le jeune homme épris d’idéal qu’était alors Jean-Luc Raynaud ne devrait pas trop rougir de l’homme qu’il est devenu. Jean-Luc Raynaud a adhéré au syndicat de la magistrature dès son entrée à l’École Nationale de la Magistrature. Il ne serait sans doute pas devenu magistrat si ce syndicat-qui a connu des hauts et des bas- n’avait pas existé. Il en a démissionné treize ans plus tard, mais est resté attaché à ses idéaux. De 1979 à 1986, Jean-Luc Raynaud a été successivement chargé du tribunal d’instance d’Altkirch puis du tribunal d’instance de Mulhouse, tous deux dans le Haut Rhin. Parallèlement à son activité de magistrat, il a enseigné pendant trois ans à l’Université de Haute Alsace, en formation initiale (IUT de Mulhouse) et en formation continue (GRETA).

Parcours

 

Magistrat, Conseiller

Chez Cour d’appel de Douai (Nord)

De 2009 à aujourd'hui
 

Magistrat honoraire

Chez Ministère de la Justice

De février 2016 à 2016
A la retraite depuis le 1er février 2016, j'ai été admis à l'honorariat et me livre désormais à des activités variées (bénévolat, sports, lecture, jeux de cartes etc...)
 

Conseiller

Chez Cour d’appel de Saint Denis de la Réunion

De septembre 2002 à 2008
A près de 50 ans, il postule à un poste outre-mer. Il prend ses fonction à la cour d’appel de Saint-Denis de la Réunion en septembre 2002, et restera sept ans dans ce département ultramarin, avant d’être nommé à la cour d’appel de Douai ou il exerce actuellement la fonction de conseiller.
 

Président

Chez Tribunal de grande instance de Saverne (Bas Rhin)

De 1995 à 2002
Nommé en septembre 1995 président du tribunal de grande instance de Saverne (Bas Rhin) ou il restera sept ans, Jean-Luc Raynaud assurera, en plus de la direction du tribunal, la présidence du tribunal correctionnel puis celle de la chambre commerciale.
 

Vice président

Chez Tribunal de grande instance de Strasbourg

De 1993 à 1995
Jean-Luc Raynaud est revenu en Alsace en juillet 1993, comme vice président du tribunal de grande instance de Strasbourg (Bas Rhin). Il y nouera de profondes amitiés De septembre 1993 à septembre 1995, il présidera la chambre correctionnelle du tribunal, spécialisée en matière économique et ...
Lire la suite
 

Directeur général

Chez Ministère de l’économie, des finances et du budget

De 1990 à 1993
Détaché en juillet 1990 au Ministère de l’économie et des finances en qualité d’adjoint au chef du bureau du droit de la consommation, il sera ensuite chargé de la direction de ce bureau. Il participera de près à l’élaboration du Code de la consommation, publié le 26 juillet 1993, deux jours après ...
Lire la suite
 

Juge

Chez Tribunal de grande instance de Créteil (Val de Marne)

De 1988 à 1990
 

Premier juge

Chez Tribunal de grande instance de Tours (Indre et Loire)

De 1986 à 1988
 

Chargé su service du tribunal d’instance d’Altkirch

Chez Tribunal de grande instance de Mulhouse

De 1979 à 1986
 

Professeur

Chez Université de Haute Alsace

De 1981 à 1983

Compétences

 
  • Juriste