Nadia BOUSNOUNE

Nadia BOUSNOUNE

Comédienne, metteur en scène, responsable artistique, Théâtre PUZZLE

Nantes, France

Bienvenue sur l'aperçu du profil de Nadia BOUSNOUNE

Devenez membre pour voir son profil complet et vous aussi, donnez un coup de pouce à votre carrière

Son parcours

Inscrivez-vous pour consulter le profil complet de Nadia BOUSNOUNE

S'INSCRIRE

Ses compétences

  • Formation
  • Improvisation
  • IMPROVISATION APPLIQUEE A L ENTREPRISE
  • Improvisation et techniques théâtrales
  • Mise en scène
  • Théâtre

Ses langues parlées

  • Espagnol
    ***Courant*
  • Anglais
    **Intermédiaire**

    Sa présentation

    Comédienne, j'ai fondé ma propre troupe, le Théâtre PUZZLE en 1991.

    Le Théâtre PUZZLE

    Nous étions deux femmes, une juive de 64 ans et une franco-algérienne de 27 ans. Perçues comme deux « françaises » et on nous reprochait d’afficher nos identités respectives. On nous a même dit qu’en refusant de gommer nos différences, nous provoquions, d’une certaine façon, le racisme. A cette époque il était de bon ton d’être « intégré ».
    Lorsque nous fondons la compagnie, en 1991, nous sommes rejointes par des personnes avec lesquelles nous créons, sans l’avoir cherché, un véritable petit melting-pot : le président est iranien, la secrétaire allemande, le musicien ivoirien ; le trésorier, lui, est français mais il appartient à un milieu rarement investi dans les activités théâtrales ; c’est un militaire de carrière à la retraite !
    Peut-être savions-nous d’instinct qu’en conjuguant nos différences, nous pourrions y puiser les vraies richesses, celles qui permettent de construire. C'est ainsi qu'est née « La Zaouia » en 1991, adaptation en arabe dialectal du « Bel Indifférent » de Jean Cocteau.
    Depuis, le PUZZLE a continué, au hasard de ses rencontres, à mêler des personnes dont certains continuent de penser qu’elles ne peuvent pas s’entendre : ivoiriens, algériens, «rapatriés», italiens, tunisiens, bretons…
    La naissance même de la compagnie repose sur une question fondamentale, celle de la reconquête d’un public populaire. Ce désir de partir à la conquête de la cité, de se faire entendre pour se faire comprendre de la part des populations, nous est venu dès le début et naturellement.
    Nous avons réfléchi à la manière dont un artiste s’inscrit dans une histoire, des formes et une histoire de l’art. Comment participe-t-il à l’évolution des langages, des signes, des formes d’expression ? Quelle est sa contribution à donner du sens ? Quelle capacité a-t-il de faire évoluer les rapports que les populations entretiennent avec l’art et la culture ?
    Toutes ces questions nous poussaient vers une seule nécessité : celle de reconstruire une relation entre une population et le théâtre.

    Son activité sur Viadeo