Thierry Esther

Thierry Esther

Peintre, fragments d''opéra

Paris, France

Son parcours

  • Aujourd'hui
    Février 2011
    Février 2010

    Commissaire d'exposition

    Commissaire d'exposition j'étais chargé de concevoir et organiser des expositions temporaire, que ce soit une exposition monographique ou de groupe. Je déterminais le choix des pièces présentées, la problématique ou la thématique de l'exposition, la mise en espace des Ĺ“uvres dans le lieu accueillant le projet ainsi que leur restitution auprès des publics sous toutes formes de diffusion, effectue les choix relatifs au catalogue.
  • Aujourd'hui
    Décembre 2009
    2005

    Directeur de la création

    Entreprise de communication spécialisée dans le design multimédia, Com’in design assure la visibilité de votre société, et en maîtrise la cohérence. Le métier de Com’in design est de traduire en images la personnalité et la vocation de votre entreprise.

    Aujourd’hui, Com’in design invente la communication réalité, en proposant à ses clients l’événementiel multimédia ou EAO (Evènement Assisté par Ordinateur)

    Directeur artistique & webdesigner.

    Trouver des clients pour un nouveau produit la CD-Card EAO events.
  • Aujourd'hui
    2008
    1999
    Photographe "Modeles, mannequin, défilé, architecture, paysage, etc..."
    Exposition en France, article dans les magazines photos.
  • Aujourd'hui
    Décembre 2003
    Février 2000

    Directeur artistique

    ConceptionConexion

    Agence de pub internet, multimédia, pub à grand échelle pour la compagnie, Donquijote à Las Palmas Grand Canaria.
  • Aujourd'hui
    Janvier 2000
    1995
    Aldis Ile de France Centrale d'achats : Orly 94577
    Poste : Formateur logistique (Système Infologue) - Mission : Former les préparateurs individuellement.

Ses compétences

  • Artiste peintre
  • Lancement de produits
  • Photographe
  • Plasticien
  • Art

Ses langues parlées

  • Espagnol
    **Intermédiaire**
  • Anglais
    *Débutant***

    Ses centres d'intérêt

    Photos peinture voyages cuisine théâtre cinéma restaurant opéra.

    Ses mots clés

    directeur de galerieartiste peintrepeintureartistecomédienlancement de produitsévénementielplaquettemagazinefly

    Sa présentation

    C’est à Paris, un après-midi d’automne, que je fis ma première rencontre avec Maria. J’étais alors étudiant à l’école hôtelière et j’avais sympathisé avec une camarade. Je passais tous mes week-ends chez ses parents, dans le seizième arrondissement. Sa mère et moi étions très proches et nous allions souvent prendre le thé à Saint-Germain-des-Prés et autres rayonnantes adresses de la capital. Elle adorait les vieux hôtels particuliers. Moi, je venais d’un milieu modeste et je ne connaissais rien à la vie parisienne.
    Un après-midi, chez Mariage frères, je commandais un thé noir aux baies de goji, un pur délice, lorsque je l’entendis pour la première fois : « Un bel di Vedremo ». Elle m’enivra. La voix de La Callas résonnait dans toute la pièce et j’étais sous le charme de cette tessiture qui me bouleversa.

    Je n’avais aucun mot pour exprimer la métamorphose qu’elle opéra sur moi, mais le soir même je m’achetais Madame Butterfly et jamais plus Maria Callas ne me quitta. Dans ma chambre ou dans mon atelier, elle était toujours avec moi.

    J’avais remarqué que ce que j’écoutais conditionnait mon attitude face à la toile. Je me suis alors penché sur cette relation, en écoutant systématiquement le même morceau avant et pendant l’exécution d’un tableau. Cette phase méditative m’inspira des gestes, fonction du rythme musical, des couleurs et des accords chromatiques, fonction des phrasés mélodiques et de la narration particulière au langage chanté.

    J’ai tissé autour de cette passion lyricomane des attitudes de fan : j’ai collectionné de nombreuses anecdotes concernant La Callas, (photographies, disques, livres), exploré toutes les interviews et autres traces filmiques; autant de sources que je donne à voir après les avoir remis en forme. Cette matière évoque le sentimentalisme qui est le moteur de ma peinture. La peinture abstraite fait souvent le choix de la forme en soi, de l’idée, du minimalisme. Pour ma part, je tends à montrer ce qu’elle peut aussi comporter d’impureté, de lyrisme, de sensualité, tentant de renouer avec une certaine abstraction.

    Je m’autorise ainsi quelquefois un détour par la figuration évanescente et naive qui donne à voir un rapport affectif et nostalgique à cette grande figure de la scène lyrique. A travers l’alliage du plâtre et du tissu, je propose une vision refroidie du drapé, qui subvertit aussi le rapport au support habituel qu’est la toile de lin, que je choisis ancienne.

    La question de la trace, du résidu est aussi posée. Celle d’une teinture noire, qui peut rendre les cheveux noirs corbeaux de la cantatrice, l’empreinte que nous laisse une petite phrase musicale, où quelle nébuleuse nous laisse en mémoire une représentation photographique. Je forme ainsi des représentations résiduelles.

    Je suis à la recherche d’une galerie, d’une fondation ou d’un hôtel particulier pour une future exposition, ainsi que de financements pour les plus grandes toiles qui nécessitent espace et lumière afin qu’elles atteigne le maximum de leur potentiel.

    Son activité sur Viadeo

    Ses derniers contacts
    ABDELKADER MESKAR
    Ecole d'Art Contemporain
    G2l Artist
    • Freelance, artiste Portraitiste contemporain

    Ceux qui ont consulté ce profil ont aussi vu :